Agriculteurs : Manuel Valls demande à Bruxelles d'agir

Agriculteurs : Manuel Valls demande à Bruxelles d'agir©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 25 février 2016 à 20h33

Manuel Valls a une nouvelle fois haussé le ton contre Bruxelles jeudi, alors qu'il estime que la Commission européenne a sa part de responsabilité dans la crise que traversent les éleveurs. Le Premier ministre a annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures d'aide mais les agriculteurs jugent, comme le gouvernement, qu'une réponse au niveau européen est nécessaire. "Nous demandons des mesures communautaires à la hauteur de la situation", a déclaré Manuel Valls après une rencontre avec le commissaire européen à l'Agriculture, Phil Hogan.

"Sans cela (...), c'est le lien de confiance qui existe entre la France et l'Union européenne qui risque de se fissurer. L'Europe connaît déjà suffisamment de crises et de défis, menaces terroristes, crise des réfugiés, il ne (faudrait) pas que se rajoute une crise agricole majeure qui mettrait en cause le projet européen", a-t-il ajouté. Il a mise l'accent sur le constat d'une surproduction dans les secteurs du porc et du lait, et sur la nécessité de prendre des initiatives pour enrayer la chute des cours, notamment en obtenant la levée de l'embargo sanitaire russe.

"Mesures appropriées"

Lors d'une conférence de presse distincte, Phil Hogan s'est dit "conscient des graves difficultés que rencontrent les producteurs français et européens dans un certain nombre de secteurs". "Et nous sommes convenus de la nécessité d'adopter toutes les mesures appropriées", a-t-il ajouté. Le commissaire européen était en France pour discuter de ce dossier brûlant, après plusieurs semaines de manifestations des producteurs, notamment dans l'Ouest de la France, et à deux jours de l'ouverture du salon de l'agriculture à Paris.

Les syndicats agricoles, la FNSEA en tête, demandent davantage d'outils de régulation des marchés, une solution à l'embargo russe qui les prive d'un débouché important et un meilleur étiquetage de la viande, des exigences proches des propositions françaises soumises à Bruxelles. En attendant un geste de Bruxelles, le gouvernement a promis la semaine dernière de nouvelles aides sous la forme d'une baisse de sept points des cotisations sociales, ce qui représente un effort de 500 millions d'euros pour l'Etat. Le Premier ministre a précisé que les agriculteurs dont le revenu de l'an dernier avait été "très faible" pourraient bénéficier d'une "année blanche sociale".

 
0 commentaire - Agriculteurs : Manuel Valls demande à Bruxelles d'agir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]