Arianespace alerte sur les conséquences du mouvement social

Arianespace alerte sur les conséquences du mouvement social

Décollage d'une fusée Ariane 5 à Kourou en Guyane, le 17 novembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 14 avril 2017 à 14h45

Guyane: le Pdg d'Arianespace interpelle les élus sur les conséquences économiques du mouvement social pour l'entreprise

Les blocages en Guyane ont interrompu "trois campagnes de lancement" de la fusée Ariane, avec "plusieurs millions d'euros de surcoûts pour Arianespace et les industriels du centre spatial", a averti le Pdg d'Arianespace dans une lettre à plusieurs élus guyanais, dont l'AFP a eu copie vendredi.

Si le collectif "Pou la Gwiyann dékolé", qui pilote le mouvement social durant depuis près d'un mois a annoncé jeudi soir l'ouverture de la plupart des barrages pour le week-end de Pâques, il a prévenu que le barrage du rond-point proche du centre spatial guyanais (CSG) restera maintenu.

Le centre spatial, vitrine économique du territoire, est considéré par le collectif comme le symbole des inégalités persistantes dans ce territoire d'outre-mer. 

Les blocages en cours "ont interrompu trois campagnes de lancement pour cinq clients différents: le gouvernement brésilien et les opérateurs commerciaux ktsat (Corée), SES (Luxembourg), Viasat (Etats-Unis), Eutelsat (France)", a fait valoir Stéphane Israël, dans sa lettre adressée le 12 avril notamment aux quatre parlementaires de Guyane. 

"Deux lanceurs différents - Ariane et Soyouz - sont impliqués dans ces campagnes, ainsi que trois constructeurs de satellites : Thales Alenia Space, Airbus, Boeing", a-t-il aussi observé. 

Les blocages ont "d'ores et déjà repoussé de plus d'un mois le lancement prévu le 21 mars dernier pour le Brésil et la Corée. Ce mois perdu peut se chiffrer à plusieurs millions d'euros de surcoûts pour Arianespace et les industriels du CSG", a poursuivi M. Israël.

Selon lui, "l'image d'Arianespace et la disponibilité de ses services de lancement peuvent souffrir de cette situation". 

"Si le blocage devait persister, la réalisation de 12 lancements en 2017 serait menacée, ce qui aurait des conséquences financières lourdes", a mis en garde le Pdg d'Arianespace, dans son courrier également adressé à Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane. 

"La situation actuelle fragilise Arianespace, dans un contexte où la compétition est plus vive que jamais", a-t-il encore fait valoir.

M. Israël a mis en avant que "1.700 salariés" travaillent sur la base pour Arianespace, le Cnes, et 36 entreprises regroupées au sein de l'Union des Employeurs de la Base Spatiale (UEBS). 

Soulignant que "notre activité génère 9.000 emplois au total" et "représente 40% de la masse salariale du secteur privé en Guyane", il a estimé que "ce qui est en jeu, c'est tout simplement la pérennité de ces emplois en Guyane". 

"Comme toute activité (...) le lien entre la base spatiale et les territoires qui l'accueillent peut être renforcé, mais il ne fait aucun doute que le spatial constitue un poumon économique pour la Guyane", a-t-il insisté. 

 
11 commentaires - Arianespace alerte sur les conséquences du mouvement social
  • noscool -

    Les blocages en Guyane ont interrompu "trois campagnes de lancement" de la fusée Ariane, avec "plusieurs millions d'euros de surcoûts pour Arianespace et les industriels du centre spatial"

    Ne valait-il pas mieux les investir en Guyane, plutôt que bloquer sur des revendications légitimes et par là emmener la Guyane à des barrages prévisibles ? Non, les gouvernements de tout bords préfèrent donner de l'argent à des sociétés privées et envoyer les forces du désordre sur la population.

  • alain47 -

    La Guyane est un département riche de son sol, sous-sol et de sa population. La Ministre de l'outre-mer aurait du y penser avant.. Les métropolitains dont je fais parti, ne devraient pas se comporter comme des arrivistes et être un peu plus humbles
    Nous, en province, nous avons Internet que cela plaise ou non aux parisiens qui vient en vacances en pays conquis.

  • cristalin -

    au moins ce mouvement aura permis de laisser la stratosphère respirer en faisant reculer au moins dans cette partie du monde des centaines de tonnes de déchets coûteux de votre folie spatiale coûteuse et inutile au service et à la gloire encore de la puissante Allemagne payer par les français

  • kejenpensekoi -

    Il y a des décennies un territoire français appelé " Algérie" demandait des sous au démarrage ,puis est venu les conflits,et l'indépendance,de nos jours l'Algérie vit plus ou moins bien, de l'argent qu'envoie les enfants de France à la famille,des restes de la colonisation, et du gaz. Demander aux anciens franchement ce qui est ou était le mieux.Vous comprendrez que c'est pas la base du peuple qui monte aux créneaux et qui s'enrichit.
    La Guyane risque de tomber aussi dans le panneau de certaines personnes locales qui tirent les ficelles de pantins levant le poing.
    En Algérie tous n’allaient pas à l'école car ils n'y en avait peu dans le Bled, Internet ,c’était l'électro ,y avait pas partout non plus.
    Par contre y avait pas la CMU, le Rsa , la Sécu, les hôpitaux,de l'eau potable que des choses normales.
    Le problème en Guyane ,c'est qu'il est guyanais et que vous voulez l'exporter en France,pourquoi d'autres DOM avec moins de ressources naturelles y arrivent ?

  • AMOKIDI -

    DENTDURE il faudrait peut être allé vous cultiver un peu avant de dire des inepties.
    Les sous comme vous dites que l'on réclame ce n'est pas pour les mettre dans nos poches et comptes bancaires mais c'est pour le développement de la Guyane, c'est pour la création d'écoles, de collèges et de lycées pour nos enfants. C'est pour le désenclavement du territoire afin que nos enfants cessent d'aller à l'école en pirogue sur des fleuves non navigables...
    Donc Ariane pour l'instant on s'en moque parce que les retombées que nous avons d'Ariane ce sont des clopinettes et surtout beaucoup de pollutions. Nous lançons des satellites mais incapable d'avoir un débit internet correct et à un prix raisonnable.
    Réfléchissez à cela avant de dire n'importe quoi !

    paulo75 -

    Bien d'accord, il faut déménager le cnes et partir de Guyane: ils sont grands, qu'ils se démerdent tout seuls!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]