Assurance chômage : après l'échec des négociations, le gouvernement reprend la main

Assurance chômage : après l'échec des négociations, le gouvernement reprend la main©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 16 juin 2016 à 16h29

Comme attendu, les partenaires sociaux ont acté leur désaccord lors de cette huitième et ultime séance de discussion sur l'assurance chômage. Le gouvernement a décidé de prolonger la convention Unedic actuellement en vigueur, "comme la loi le prévoit". "Dès demain, il prendra donc des dispositions en ce sens afin d'assurer sans délai la continuité de l'indemnisation chômage en prorogeant la convention d'assurance chômage actuellement en vigueur au-delà du 30 juin, date à laquelle elle devait prendre fin", souligne la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

"Consternant que le patronat se désengage"

Dans son communiqué, la ministre pointe du doigt l'attitude des organisations patronales qui a "conduit au blocage". "Pour rééquilibrer les comptes du régime, des mesures ambitieuses étaient sur la table, notamment pour lutter contre le recours parfois abusif aux contrats très courts", déplore-t-elle...

C'est triste et même consternant que le patronat se désengage", avait estimé ce matin sur 'Radio Classique', Véronique Descacq, la secrétaire générale adjointe de la CFDT. "Le Medef ne veut pas écouter nos propositions, alors qu'on a écouté les leurs", a-t-elle déploré. Mardi dernier, Pierre Gattaz avait assuré que "le Medef ferait tout pour trouver une solution", mais avait dans le même temps maintenu fermement sa position, s'opposant à toute hausse des cotisations patronales et à une nouvelle taxation des contrats courts.

Le Medef déplore des "postures dogmatiques"

Jeudi, le Medef dénonce ainsi "l'incapacité des partenaires syndicaux à dépasser des postures dogmatiques", "visant à punir les entreprises".La taxation sur les contrats courts "revient à considérer que, créer de l'emploi, même si cet emploi est un contrat court, doit être surtaxé dans un pays qui compte déjà 5 millions de chômeurs".

Le patronat assure par ailleurs avoir apporté d'autres alternatives. Invité sur France Info jeudi, Jean-Michel Pottier, vice-président de la CGPME, a défendu des "mesures incitatives au retour à l'emploi". Il proposait notamment de "mettre en place une dégressivité douce au bout de quelques mois de chômage". "De moins 10% au bout de 10 mois, puis moins 15% au bout de 15 mois", de manière progressive, et en excluant "tous les demandeurs d'emploi qui font des efforts particuliers de recherche d'emploi", précise-t-il.

En février, peu avant le début des négociations, le ministre des Finances, Michel Sapin avait affirmé que la dégressivité des allocations chômage pouvait être une piste de négociation pour les nouvelles règles de l'assurance chômage. Il avait cependant estimé qu'une telle mesure nécessiterait de "s'accompagner d'autres éléments" comme un meilleur accès à la formation...

 
1 commentaire - Assurance chômage : après l'échec des négociations, le gouvernement reprend la main
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]