Assurance chômage : toujours pas d'avancée sur les contrats courts

Assurance chômage : toujours pas d'avancée sur les contrats courts

annonce job jeune chômage travail

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 14 mars 2017 à 19h51

Les négociations laborieuses sur la prochaine convention d'assurance-chômage ont repris mardi au siège de l'Unedic à Paris.  Après s'être quittés sur un désaccord en juin 2016, puis retrouvés à la mi-février, les partenaires sociaux tentent toujours de rédiger une nouvelle convention Unedic sur l'assurance-chômage, dont l'endettement a atteint 30 milliards fin 2016.

Le patronat sommé de revoir sa copie

Les nouvelles négociations s'annoncent aussi rudes que les précédentes, le texte présenté lundi soir par le Medef et ses alliés ayant déplu aux syndicats. En effet, le patronat a légèrement modifié son projet sur les seniors au chômage, mais il continue de refuser toute surtaxation des contrats courts, un sujet qui constitue le principal point d'achoppement avec les syndicats. Le patronat campe sur ses positions, et continue de proposer de renvoyer le sujet à la négociation dans les secteurs qui utilisent les contrats de moins d'un mois.

Après la réunion, les syndicats ont sommé le patronat de revoir sa copie. "La balle est dans le camp du patronat", ont estimé les cinq syndicats, qui ont demandé aux organisations d'employeurs (Medef, CPME et U2P) de revenir pour la prochaine séance avec des propositions "sérieuses" sur les contrats courts, sous peine d'échouer à nouveau.

Progressivité de la durée d'indemnisation entre 50 et 59 ans

Sur les seniors, le Medef a lâché du lest sur l'âge à partir duquel ils peuvent toucher trois ans d'allocations chômage. Le patronat souhaitait depuis le début des négociations repousser cet âge de 50 à 59 ans, mais il vient d'accepter une dose de progressivité dans le processus.

Ainsi, dans son nouveau texte, le patronat propose que la durée maximale d'indemnisation soit de 2 ans à partir de 50 ans, puis passe de 24 à 27 mois à 55 ans, puis à 30 mois à 56 ans, à 33 mois à 57 ans et à 36 mois (trois ans) à 59 ans.

Le scénario du Medef génèrerait, en rythme de croisière, 1,2 milliard d'euros d'économies, selon l'Unedic. Les propositions alternatives de la CFDT et de FO ont été, elles, évaluées respectivement à 400 et 50 millions d'euros. Le temps presse pour aboutir à un accord avant l'élection présidentielle, car seules deux autres réunions sont prévues, les 23 et 28 mars prochains.

 
0 commentaire - Assurance chômage : toujours pas d'avancée sur les contrats courts
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]