Brexit : Moscovici pense qu'une baisse de l'IS n'est "pas pertinente"

Brexit : Moscovici pense qu'une baisse de l'IS n'est "pas pertinente"

Moscovici Pierre

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 05 juillet 2016 à 14h41

Après Emmanuel Macron lundi, c'est au tour de Pierre Moscovici de douter des effets positifs d'une baisse de l'impôt sur les sociétés à moins de 15% au Royaume-Uni, pour que Londres reste une place attractive aux yeux des investisseurs, malgré le Brexit.

"Passer à 15% ne me paraît pas une bonne initiative, nous ne devons pas être dans la concurrence exacerbée entre nous, ou dans le dumping fiscal", a estimé mardi le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, interrogé sur Radio Classique. Cette piste a été soulevée par le ministre britannique des Finances George Osborne.

"Pas de plan"

"Cela signifierait aussi une perte de recettes absolument considérable pour le Trésor britannique, avec des déficits déjà beaucoup trop élevés pour la Grande-Bretagne, et sur lesquels les agences de notation vont jeter un regard plus important, parce que ça ne sera plus dans le cadre de l'Union européenne. A ce stade, ça ne me paraît donc pas la bonne démarche (...) et sur le plan économique et financier, ça ne me semble pas non plus extrêmement pertinent", a poursuivi Pierre Moscovici.

Il a aussi taclé le chef de file de l'UKIP, Nigel Farage, qui a annoncé lundi sa démission de ses fonctions de président du mouvement britannique eurosceptique, jugeant "avoir fait sa part" après le succès des partisans du "Brexit" au référendum du 23 juin.

"Irresponsabilité"

"Cela prouve que les partisans du Brexit ne savaient pas ou ils allaient, qu'ils n'avaient pas de plan pour le jour du lendemain", a estimé l'ex-ministre de l'Economie. Il a aussi estimé que "les deux promoteurs du Brexit, que ce soit Boris Johnson (le maire de Londres, NDLR) ou Nigel Farage, l'un n'a pas été capable d'obtenir le minimum de soutien pour devenir le chef du parti conservateur, et l'autre est appelé à quitter la tête de son parti", a-t-il dénoncé.

"C'est un aveu d'irresponsabilité, et on voit (...) qu'un référendum ça blesse, ça brûle, ça divise, ça ne débouche pas sur des solutions. Il n'y a que des perdants, dans le Brexit", a-t-il jugé. "Les Ecossais se tournent vers l'indépendance, les jeunes qui ont voté à 70% pour rester, voient leur espoir brisé. (...) Il y a beaucoup de désordre, les marchés qui sont dans la turbulence, et la livre sterling qui s'est effondrée".

 
1 commentaire - Brexit : Moscovici pense qu'une baisse de l'IS n'est "pas pertinente"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]