Bruno Le Maire croit à une issue favorable pour GM&S

Bruno Le Maire croit à une issue favorable pour GM&S©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 20 juillet 2017 à 10h30

La situation peut-elle encore se débloquer pour GM&S ? Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé mercredi avoir obtenu du constructeur automobile PSA les assurances de financement nécessaires pour assurer la pérennité de l'équipementier creusois. "Nous avons la possibilité d'avoir une reprise sérieuse du site, qui garantit l'emploi, qui garantit l'activité pour plusieurs années", a-t-il dit Bruno à des journalistes lors d'une visite à La Souterraine, dans la Creuse.

Il a expliqué avoir réuni les 15 millions d'euros réclamés par le repreneur, GMD, pour moderniser l'usine. L'Etat et Renault s'étaient engagés à fournir chacun 5 millions d'euros, seul PSA refusant d'abonder ce fonds, ce qui bloquait les discussions. PSA a confirmé mercredi avoir consenti à augmenter ses commandes à moyen terme, les amenant ainsi de 36 à 50 millions d'euros sur cinq ans, ce qui suffirait à satisfaire GMD.

La question du bail bientôt réglée

Le tribunal de commerce de Poitiers a prolongé la période d'observation de l'équipementier jusqu'à lundi. L'idée est de laisser le temps aux parties prenantes au dossier de finaliser une offre ferme de reprise. "C'est un délai pour lever les clauses suspensives", a précisé à l'agence Reuters Jean-Marc Ducourtioux, délégué CGT GM&S.

La société stéphanoise GMD, numéro un français de l'emboutissage, a proposé de reprendre 120 salariés sur les 270 que compte l'usine de La Souterraine, dans la Creuse. Elle avait toutefois accompagné son offre de conditions suspensives comme la conclusion d'un bail sur les bâtiments hébergeant GM&S et l'obtention du financement pour la modernisation de l'usine. La question du bail ne serait pas encore réglée, selon le ministère de l'Economie, mais en bonne voie de l'être.

Les salariés de l'équipementier espèrent que le tribunal repoussera encore sa décision sur la reprise à la fin du mois d'août pour éviter de recevoir les lettres de licenciement pendant l'été. L'Etat s'est, par ailleurs, engagé à payer les salaires jusqu'à la fin août, "quelle que soit l'issue des discussions et la décision du tribunal de commerce de Poitiers."

Personne ne sera abandonné ?

Bruno Le Maire a précisé lors de sa visite qu'il ne laisserait "tomber personne". "Le deuxième engagement que je suis venu prendre ici, c'est que nous allions accompagner chaque salarié, pour lui trouver une formation, pour l'aider à se reconvertir", a-t-il dit. L'accompagnement et la formation pour les salariés exclus de l'offre de reprise représentent en moyenne 8.000 euros par personne.

Le tribunal a, par ailleurs, demandé aux salariés de lever le blocage du site de Renault à Fouchères, dans l'Yonne, pour entériner la reprise. Ces derniers empêchent l'entrée et la sortie des camions sur le site depuis mardi, comme ils l'avaient fait pour l'usine de PSA à Sept-Fons, dans l'Allier.

 
0 commentaire - Bruno Le Maire croit à une issue favorable pour GM&S
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]