"Chemise arrachée" à Air France : le procès renvoyé en septembre

"Chemise arrachée" à Air France : le procès renvoyé en septembre©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 27 mai 2016 à 12h37

Les cinq salariés d'Air France comparaîtront finalement les 27 et 28 septembre pour "violences en réunion" devant le tribunal correctionnel de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Accusés d'avoir arraché la chemise de Xavier Broseta, le DRH de la compagnie, et d'avoir également pris à parti d'autres cadres et des vigiles qui avaient tenté de les protéger, les cinq hommes encourent jusqu'à trois ans de prison et 45.000 euros d'amende. Au total, 15 personnes sont poursuivies dans ce dossier.

Les images de dirigeants fuyant les manifestants et escaladant le grillage du siège de la société avaient fait la Une de tous les journaux... Le 5 octobre 2015, une cohorte de manifestants avait forcé le portail d'entrée de la compagnie aérienne, suite à l'annonce d'une restructuration menaçant 2.900 emplois. La situation avait dégénéré lorsque les manifestants avaient envahi le comité central d'entreprise, sur le site de l'aéroport de Roissy.

Contexte social tendu

Quelques jours après les faits, Manuel Valls avait dénoncé des "comportements de voyous" et demandé des sanctions "lourdes" pour les auteurs de ces actes. Par la suite également, Air France avait pris la décision de renvoyer quatre des cinq employés poursuivis. Des licenciements que la CGT conteste.

En effet, certains membres du syndicat - engagé dans un bras de fer avec le gouvernement contre la loi Travail - se sont réunis en contrebas du palais de justice de Bobigny, lors de l'ouverture du procès. Le syndicat, qui n'attendait pas moins de 1.000 personnes à ce rassemblement, a exigé l'arrêt des poursuites et la réintégration des salariés licenciés. La CGT a dénoncé aussi une "stratégie de criminalisation de l'action syndicale". Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France a assuré que le syndicat "ne se laissera pas intimider", tout en ajoutant qu'il s'agit d'"un procès politique".

 
0 commentaire - "Chemise arrachée" à Air France : le procès renvoyé en septembre
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]