Christine Lagarde ne cache pas ses craintes, après le Brexit

Christine Lagarde ne cache pas ses craintes, après le Brexit

FMI Christine Lagarde fond vert

A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 04 juillet 2016 à 14h41

C'est la première fois que Christine Lagarde s'exprime depuis le 23 juin et le choc du vote des Britanniques en faveur de la sortie de l'Union européenne. Dans un entretien publié lundi par le Monde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) estime que "les marchés, qui avaient pourtant misé sur une victoire du 'Remain', ont relativement bien absorbé le choc : les Bourses mondiales sont revenues au moins à leur niveau d'avant le 23 juin, parfois au-delà. Le système a bien fonctionné. Quant aux variations de change, elles ont été assez modérées, surtout au détriment de la livre".

Plusieurs hypothèses

Selon les calculs du FMI, le "Brexit" coûtera au pays entre 1,5% et 4,5% de PIB d'ici 2019. "Suivant les hypothèses, le PIB britannique perdrait entre 1,5 % et 4,5 % à l'horizon 2019, par rapport à ce qu'il aurait été en cas de maintien dans l'UE", juge-t-elle.

"L'hypothèse favorable, c'est un accord à la norvégienne. C'est politiquement difficile, car le pays y aurait toutes les obligations des membres de l'UE, notamment la libre circulation des personnes, mais aucun droit. Mais ce serait le plus raisonnable économiquement", précise Christine Lagarde. "Le pire scénario serait un statut de type pays tiers, selon les règles de l'OMC", selon la patronne du FMI.

"Incertitude"

"Mais nous n'avons pas la moindre idée ni du délai, ni de l'issue des négociations entre Londres et l'UE. L'incertitude sera le maître mot pendant un certain temps", déclare l'ancienne ministre française de l'Economie, dont le deuxième mandat à la tête de l'UE démarre mardi.

Christine Lagarde juge que pour sortir de cette épreuve, il faudra que la zone euro fasse preuve d'un "immense courage politique". Comment faire monter à bord les peuples européens pour que ce soit leur projet collectif, et pas celui des décideurs ? C'est aux Européens de le définir".

 
13 commentaires - Christine Lagarde ne cache pas ses craintes, après le Brexit
  • avatar
    patrick666 -

    attendez quelques années, quand les anglais auront une économie la meilleure d europe! il va y avoir quelques autres pays européens qui vont vouloir"exit"!

  • avatar
    alicia42 -

    Ce n'est pas avec cette femme que nous pourrons avoir notre "Brexit", Les english sont les plus intelligents, ils ont tout compris eux et peu leur importe les bla bla bla d'une incapable qui en plus va avoir des comptes à rendre à la justice, comme tous d'ailleurs

  • avatar
    dismoitout -

    Voila un discours , et un raisonnement dignes d'un vrai ministre , de haut niveau , ça nous change vraiment de la clique de ministres à la solde de Hollande , bavards , caqueteurs , prétentieux et idéologues , que nous devons subir depuis 2012,..........

  • avatar
    tricorne49 -

    C'est sur qu'avec des gens comme elle aux manettes des finances, on peut craindre le pire, vu ses résultats en ministre des finances en France ! Ces gens là sont des incapables, à la solde des marchés financiers qui eux, donnent des ordres qui doivent leur rapporter un maximum !

  • avatar
    benji888 -

    ça ne l'empêche pas d'être un pot de peinture!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]