Comptes publics : le président de la Cour des Comptes parle d'"insincérité"

Comptes publics : le président de la Cour des Comptes parle d'"insincérité"©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 30 juin 2017 à 10h25

Le président de la Cour des comptes Didier Migaud est revenu vendredi matin sur Europe 1 sur les conclusions de son audit des finances publiques publié la veille, qui met notamment en cause une "insincérité" de l'équipe gouvernementale sortante, avec un trou dans le budget estimé à près de 8 milliards d'euros par rapport à ce qui était annoncé.

Selon les conclusions des 'Sages' de la rue Cambon, sans la mise en place de mesures "fortes", le déficit public dépassera 3% du PIB cette année et ne diminuera pas l'année prochaine. Ils évoquent "des dépenses publiques manifestement sous-évaluées" et "des recettes publiques un peu surestimées" par le précédent gouvernement.

"Comment vous appelez des sous-budgétisations récurrentes, prouvées, dont manifestement les ministres ont pu avoir connaissance à un moment donné ? Comment vous appelez un décalage entre 2,7, 2,8 et 3,2% (du déficit budgétaire) ? Ce sont des biais de construction qui affectent la sincérité. Nous ne disons pas qu'il y a une insincérité globale (...) mais nous montrons et prouvons un certain nombre de biais de construction, et je crois qu'il faut arrêter cela", a expliqué Didier Migaud sur Europe 1.

4,5 milliards d'économies en plus

Selon la Cour des Comptes, le risque de dépassement des dépenses est estimé à 5,9 milliards d'euros sur le seul budget de l'Etat, avec des recettes surévaluées d'environ deux milliards d'euros. "Qu'il puisse y avoir sur les recettes un certain nombre de décalages, c'est toujours très difficile (à estimer, Ndlr), c'est la conjoncture. Sur la dépense, on a des éléments qui permettent d'approcher de plus près la réalité. Ce n'est pas ce qui a été fait", a indiqué Didier Migaud. Selon lui, pour atteindre l'objectif de 3% du déficit fixé par Bruxelles, il faut 4,5 milliards supplémentaire d'économies".

Michel Sapin, ancien ministre des Finances et son ex-secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert se sont défendus dans un communiqué publié jeudi, assurant que "durant le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a fait preuve d'un sérieux budgétaire sans précédent".

 
4 commentaires - Comptes publics : le président de la Cour des Comptes parle d'"insincérité"
  • avatar
    FelixM -

    Le rapport annuel de la Cour des comptes commence toujours par un état des lieux des finances publiques, et la Cour y pointe régulièrement les petits arrangements de l'exécutif pour présenter des comptes plus flatteurs que la réalité objective ne le permettrait. Rien de nouveau, à part peut-être que le Président lâche le mot d'insincérité dans les médias. C'est tout de même en décalage avec le langage convenu, lisse et diplomatique, habituel.

  • avatar
    bubu74 -

    le comble est que ce president est PS jusqu en 2010 année ou il est nommé , par N Sarkosy ........ PRESIDENT DE LA COUR DES COMPTES il abandonne alors tous ses mandats politiques et se retire du PS , proche de L Fabius ! BON !!!ils sont super quand ils sont pu ministre , député ou autre !!!

  • avatar
    JEANPAIN -

    Non le gouvernement hollande dont fait parti macron ont fais des faux, ils devraient être jugés

    De plus pour discuter sur la façon de nous entuber, de nous serrer la ceinture le gouvernement déménage à Nancy.
    combien va couter ce déménagement du barnum gouvernemental? Sachant que le congrès à Versaille va nous couter 600 000 euros, il faut craindre que ce "petit" voyage à Nancy coute autant.
    cela démontre juste que pour ces gouvernements qui se succèdent depuis 45 ans, rien n'est trop beau pour eux, pourquoi s'en priveraient ils, les moutons continuent à voter pour les mêmes..

    la presse dévoile ce que nous soupçonnons de puis 5 ans, à savoir qu' hollande et sa bande de pieds nickelés (dont a fait partie macron) ont continués la destruction programmée de la France, en bradant notre argent........
    Les zélotes qui ont crus aux belles paroles macaroniennes, peuvent s'attendre à une fin de non recevoir concernant les baisses d'impôts promises.
    Par contre, nous allons subir les hausses, car dans notre pays, un responsable politique n'est responsable de rien, il peut dilapider l'argent public en toute impunité puisque les gouvernements qui se succèdent sont composés des mêmes hommes et femmes qui depuis des lustres se servent au lieu de servir...
    Les socialistes ont fais un usage de faux, la justice devrait être saisie ainsi que les biens de tout ce gouvernement dans un monde idéal, mais en France les "élites" trouvent normal que les sans dent paient les tricheries ......

    j'aimerais finir en disant mon dégout quand j'ai appris hier que la région des Hauts de France va donner 11 millions pour borlloo et son projet d'électrification de l'Afrique, une région avec des milliers de chômeurs de sans abri se permet de dilapider l'argent public sans que la presse ne s'en émeuve, voilà ce qu'est la France..

  • avatar
    perlimpinpin1 -

    Depuis plusieurs décennies, les élus dépensent sans compter. Exemple, une subvention pour une zone d"activités, le maire saute dessus et depuis plusieurs années aucune installation sur cette zone avec les coûts que celà entraîne pour la collectivité. ( c'est du vécu).
    Le gouvernement devrait présenter un plan sur cinq ans avec un budget équilibré comme toutes entreprises ou ménages.
    A voir les réactions syndicales, internautes, partis politiques ... on est pas près d'y réussir.
    Ce qui est vrai pour l'état, doit être aussi vrai pour les régions, départements, communes....
    La seule obligation est de préserver notre modèle social.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]