Crise des migrants : face aux critiques, la SNCF se justifie

Crise des migrants : face aux critiques, la SNCF se justifie©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 14 octobre 2015 à 15h34

Face à l'afflux de migrants, la SNCF a mis en place "une procédure ponctuelle de sûreté" qui n'est visiblement pas du goût de tous. La société ferroviaire a donc dû s'expliquer dans un entretien accordé à l'AFP. Depuis le 5 octobre dernier, "et jusqu'à nouvel avis", "certaines escales peuvent émettre, si les conditions le permettent, des réservations à 0 euro (...) afin de faciliter le placement d'un groupe à bord du train et de préserver le confort des autres voyageurs", indique une note de service interne qui a circulé sur les réseaux sociaux.

"Un passe-droit"

"Les autres avant les nôtres : pour les migrants, le train c'est gratuit", a réagi sur Twitter la député FN du Vaucluse, Marion-Maréchal Le Pen. "La SNCF propose le train gratuit pour les migrants... Et pourquoi pas le restaurant offert à vie ?", a renchéri le maire Frontiste de Béziers, Robert Ménard. De son côté, le candidat tête de liste Les Républicains pour les élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais, Xavier Bertrand, a même adressé un courrier au président de la SNCF, Guillaume Pepy. Il juge la décision prise par la SNCF "incompréhensible" et "inacceptable". Xavier Bertrand a réclamé une solution de la part de l'entreprise afin de mettre un terme à ce "passe droit". Marine Le Pen, également tête de liste FN dans le NPDC lui a emboîté le pas, s'adressant également à la direction de l'entreprise. Elle juge l'attitude de la SNCF "irresponsable" en contribuant à "aggraver la situation de Calais". "Cette situation est d'autant plus intolérable que la ligne Lille-Paris affiche le coût kilomètre le plus cher de France et que pour bon nombre des habitants de la région les tarifs sont inabordables", ajoute-t-elle.

Humanité

Face à ces attaques, Christophe Piednoël, directeur de l'information de l'entreprise publique a répondu à l'Agence France Presse, expliquant qu'il s'agissait d'une mesure "d'humanité". "Pour nous, ce ne sont pas des fraudeurs qui cherchent à profiter du système. Ce sont des gens qui sont dans une situation exceptionnelle très souvent de détresse et de fatigue", fait-il valoir. Ce dernier rappelle par ailleurs que la plupart du temps, le coût du billet des migrants est pris en charge par des associations qui leur viennent en aide.

 
1 commentaire - Crise des migrants : face aux critiques, la SNCF se justifie
  • avatar
    mari995 -

    On n'en peut plus ! ce Gouvernement avec sa mollesse et ses mauvaises décisions nous pousse à détester tout ce qui n'est pas français, et il ferait beau voir qu'un français sans ticket ait une amende alors qu'un étranger voyagerait gratis !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]