Déficit: pas de nouveau report accordé à la France, prévient Pierre Moscovici

Déficit: pas de nouveau report accordé à la France, prévient Pierre Moscovici©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 03 juillet 2017 à 09h11

Dans un rapport publié la semaine dernière, la Cour des comptes a mis en garde le gouvernement contre les risques de dérapage de la situation budgétaire française. Pourtant, il n'est "pas question de nouveau délai", a prévenu le commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. "Une politique budgétaire sérieuse sans être austère doit être au rendez-vous", a-t-il fait valoir ce lundi matin, au micro de 'France 2'.

Pierre Moscovici affiche sa confiance

Pierre Moscovici a dit faire confiance au gouvernement français "pour tenir ses engagements, comme je lui fais confiance pour présenter ensuite un budget 2018 qui lui permette de passer pour le coup clairement en dessous de 3%, ce qui permettra à la France de sortir de (...) la procédure de déficit excessif".

La France a déjà bénéficié à deux reprises de la clémence de la Commission européenne. L'organe exécutif avait revu le calendrier de l'Hexagone pour atteindre l'objectif des 3% de déficit. Cette cible devait initialement être atteinte en 2013, avant d'être repoussée à 2015 puis 2017. Au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron, Bruxelles a donc exhorté le nouveau président de la République à sortir la France de la procédure de déficit excessif.

Vers un report de certaines réformes fiscales

Selon la Cour des comptes, sans mesures fortes de redressement, le déficit de l'Hexagone se situera à 3,2% du PIB à la fin de cette année. La semaine dernière, le Premier ministre, Edouard Philippe, a qualifié d'"inacceptable" l'ampleur du dérapage budgétaire par rapport aux prévisions du précédent gouvernement, tout en promettant de contenir le déficit à 3% du PIB cette année.

Ainsi, selon 'Les Echos' du jour, plusieurs réformes fiscales pourraient être reportées. Celle de l'impôt de solidarité sur la fortune serait ainsi repoussée à 2019. En recentrant l'ISF sur les actifs immobiliers, l'Etat pourrait perdre 2 milliards d'euros. De même, la transformation du CICE en baisses de charges pérennes pour les entreprises pourrait voir le jour plus tard.

 
0 commentaire - Déficit: pas de nouveau report accordé à la France, prévient Pierre Moscovici
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]