Dette: la Grèce de Tsipras de retour sur les marchés

Dette: la Grèce de Tsipras de retour sur les marchés

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, tout sourire, en arrivant au ministère du Travail, à Athènes, en compagnie de la ministre Efi Achtsioglou le 17 juillet 2017. Le gouvernement emettra mardi sa première obligation en...

A lire aussi

AFP, publié le lundi 24 juillet 2017 à 17h41

La Grèce revient sur les marchés mardi, avec la première obligation grecque depuis trois ans, la première aussi du gouvernement d'Alexis Tsipras, un test majeur de la confiance des marchés dans un pays peut-être enfin convalescent.

Le gouvernement a annoncé lundi qu'il émettrait mardi une obligation à cinq ans, à un taux d'intérêt de 4,75%.

Quant au taux de rendement, inversement proportionnel à la confiance des marchés, il l'espère certainement inférieur à 4,95% : c'est en effet celui de la précédente émission à cinq ans, en avril 2014 par le gouvernement droite-socialistes d'Antonis Samaras.

"Notre seul critère est de préparer le pays pour la fin définitive des programmes" d'aide au pays, a assuré le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos. Trois  plans d'aide depuis 2010, en échange de lourdes réformes, dont le dernier s'achève en août 2018.

L'opération se fera surtout sous forme d'échange, puisque le gouvernement a proposé lundi aux porteurs de titres de 2014 de les rapporter, contre 102,6% de leur valeur nominale. 

Cela fait une semaine que la plus grande excitation entourait cette émission. 

Du côté des pour, notamment l'Eurogroupe, qui a annoncé le 15 juin que parmi les sommes versées dans le cadre du plan d'aide, il y aurait désormais de quoi constituer "des réserves de liquidité" pour rassurer les marchés.

C'est aussi "le bon moment" selon le directeur du mécanisme européen de stabilité (MES), Klaus Regling, partisan de plusieurs tests du marché avant la fin du programme.

Le gouverneur de la Banque de Grèce, Yannis Stournaras, ex-ministre des Finances de M. Samaras, a jugé au contraire que le gouvernement devrait concrétiser "deux ou trois privatisations emblématiques" avant de lancer une obligation. Inquiétudes "à prendre en considération", a souligné jeudi le président de la BCE Mario Draghi.

Vendredi cependant, la double annonce d'un relèvement de perspective de la dette grecque par l'agence de notation SP Global Ratings - après un relèvement de note par Moody's fin juin - et de la participation du FMI au programme d'aide, très demandée par l'UE, a semble-t-il fini par décider le gouvernement à se lancer avant les vacances du marché, en août.

La participation du FMI est d'autant mieux vue qu'elle est conditionnée à un abaissement de la dette grecque (180% du PIB) par ses partenaires de l'UE.

Le Commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, en visite à Athènes lundi et mardi, sera aux premières loges pour l'émission d'obligation. Sur la radio française France Inter lundi, il a noté que la Grèce a su "créer les conditions de la confiance" et salué "enfin une lumière au bout de l'austérité". La croissance devrait atteindre 2,1% cette année, du jamais vu depuis le début de la crise.

od/glr

 
0 commentaire - Dette: la Grèce de Tsipras de retour sur les marchés
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]