Deux jours de procès pour l'application Heetch à Paris

Deux jours de procès pour l'application Heetch à Paris©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 08 décembre 2016 à 17h55

Les deux fondateurs de l'application de transport entre particuliers Heetch, ainsi que la compagnie, comparaissent jeudi et vendredi à Paris, notamment pour exercice illégal de la profession de taxi. Le 22 juin dernier, ce procès avait dû être reporté en raison de la trop grande affluence de chauffeurs désirant se porter partie civile. Depuis, le nombre a été multiplié par cinq : environ 1.480 chauffeurs de taxis et associations ou syndicats représentatifs sont parties civiles dans le dossier.

Les trois prévenus sont poursuivis pour exercice illégal de la profession de taxi, pratique commerciale trompeuse et organisation d'un système de mise en relation de clients avec des chauffeurs non-professionnels.

Rien à voir avec Uberpop ?

Leur procès intervient quelques mois après la condamnation de la société Uber France à 800.000 euros d'amende pour son application controversée UberPop, suspendue dès juillet 2015, face aux pressions émanant des chauffeurs de taxi et des autorités.

Mais pour ses dirigeants, Heetch n'a "rien à voir" avec l'application du groupe américain. "UberPop c'était une plateforme qui permettait à des conducteurs (non professionnels, NDLR) de gagner de l'argent, d'en faire un métier", a déclaré jeudi à la presse l'un des fondateurs de Heetch, Teddy Pellerin.

Palier à 6.000 euros par an

"Heetch c'est une plateforme qui permet aux jeunes de rentrer chez eux le soir, avec des conducteurs (...) qui vont pouvoir simplement amortir une partie des frais de leur voiture", a-t-il ajouté avant l'ouverture du procès.

"Tous nos conducteurs sont bloqués à 6.000 euros par an", a-t-il par ailleurs souligné, assurant qu'ils gagnaient en moyenne 1.800 euros via cette plateforme. "On est dans une notion de partage de frais", dit Teddy Pellerin.

Ses fondateurs mettent par ailleurs en avant la cible particulière de l'application : un public jeune, qui s'en sert le soir et la nuit, principalement en banlieue. Lancée en 2013 en France, elle revendique quelque 30.000 conducteurs à Paris, Lille, Lyon, Stockholm, Varsovie, Bruxelles et Milan. Selon ses fondateurs, 100.000 trajets sont effectués chaque semaine via la plateforme dans les villes qu'elle dessert.

 
0 commentaire - Deux jours de procès pour l'application Heetch à Paris
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]