Emmanuel Macron n'a pas laissé les entrepreneurs indifférents

Emmanuel Macron n'a pas laissé les entrepreneurs indifférents©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 31 août 2016 à 08h50

Le départ d'Emmanuel Macron a secoué le patronat, alors que le Medef tient actuellement ses universités d'été. L'ex-ministre de l'Economie devait d'ailleurs y prononcer un discours ce mercredi. L'invitation aurait finalement été annulée. Quelle image laisse-t-il auprès des chefs d'entreprises ?

Un ministre à la hauteur pour le Medef

Pour l'organisation patronale, Emmanuel Macron a pourtant été à la hauteur de la mission. "Il connaissait l'entreprise, le numérique, on perd un ministre qui connaissait le monde", a déclaré mardi au micro de RTL, le chef de file du Medef, Pierre Gattaz. Si Emmanuel Macron n'a pas officiellement fait part d'une candidature pour la présidentielle de 2017, le vice-président du Medef, Thibault Lanxade a estimé ce mercredi matin sur RMC, qu'"une candidature de Macron serait intéressante en ce qu'elle va challenger les programmes économiques".

Bilan en demie teinte pour la CGPME

Du côté de la CGPME, le bilan est un peu plus mitigé. Le syndicat loue les qualités d'écoute de l'ex-ministre de l'Economie. "Pragmatique sur les questions économiques et sociales il s'est ainsi largement mobilisé", souligne-t-elle, regrettant cependant que, dans le cadre de la loi travail, le plafonnement des indemnités prud'homales ne soit finalement pas obligatoire, mais seulement indicatif.

"Le suramortissement sur l'investissement industriel, dont Emmanuel Macron est à l'initiative, porte déjà ses fruits. En revanche sa loi en faveur de la modernisation de l'économie aura peu d'impact sur l'économie réelle, certaines mesures comme celles sur l'ouverture dominicale des commerces n'étant pas, c'est le moins que l'on puisse dire, synonyme de simplification", ajoute la CGPME.

Relations tendues avec l'artisanat du bâtiment

Dans le bâtiment, les relations entre le ministre et les artisans ont été plus compliquées. En cause notamment : une disposition prévue dans le projet de loi Sapin 2 introduite par Emmanuel Macron - article 43 - qui aurait permis, selon l'UPA et la Capeb, "à n'importe qui d'effectuer des petits travaux de bâtiment sans aucune qualification !". "Monsieur Macron, vous ne braderez pas l'artisanat pour dégonfler les chiffres du chômage et transformer artificiellement des chômeurs en artisans", s'étaient exclamées les deux organisations, suite à l'abandon de cette disposition par les parlementaires...

 
0 commentaire - Emmanuel Macron n'a pas laissé les entrepreneurs indifférents
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]