Export : une carte à jouer pour les entreprises françaises ?

Export : une carte à jouer pour les entreprises françaises ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 18 juillet 2017 à 05h47

Selon Euler Hermes, leader mondial de l'assurance-crédit, la demande additionnelle adressée à la France devrait croître de +25 MdsE en 2017 (-3 MdsE en 2016). Avec un commerce mondial qui devrait rebondir cette année, tant en volume (+3,8%) qu'en valeur (+5,8%), le contexte semble favorable pour les entreprises françaises qui souhaitent s'internationaliser.

"Le point focal c'est que les entreprises retrouvent enfin une croissance de leurs prix de vente. La remontée du cours du pétrole, de 44 USD le baril en 2016 à 57 USD en 2017 (prévision Euler Hermes), en témoigne. Les entreprises parviennent à répercuter cette hausse des coûts à leurs prix de vente, et voient donc croître leurs chiffres d'affaires, y compris à l'exportation. Et comme la croissance réelle s'est renforcée chez les principaux partenaires commerciaux de la France, les exportateurs tricolores ont une vraie carte à jouer. De nouveaux débouchés sont à conquérir en 2017, en zone euro comme au grand export", analyse Stéphane Colliac, économiste en charge de la France chez Euler Hermes.

Nos voisins nous tendent la main

Cette année, la croissance de l'UE devrait accélérer à +1,9% (+1,7% en 2016), soutenue par la consommation des ménages (+1,6% en 2017, après +1,9% en 2016) et l'investissement des entreprises (+5,2% en 2017, après +3,4% en 2016). Derrière ce dynamisme se cache un véritable potentiel à capter pour les exportateurs français.

"Nous estimons qu'en 2017, plus de 70% de la demande additionnelle adressée à la France proviendra d'UE. Il s'agit là d'une aubaine pour les entreprises françaises ! Plus de 18 MdsE de débouchés sont à saisir à nos portes, avec une distance géographique faible, des différences culturelles limitées, et des barrières commerciales inexistantes. L'Allemagne (+2,9 Mds EUR à saisir), l'Espagne (+2,5 MdsE), l'Italie (+1,8 MdsE) et la Belgique (+1,5 MdsE) seront les destinations européennes les plus porteuses pour nos exportateurs", poursuit Stéphane Colliac.

Certains secteurs bénéficieront plus directement de ce surplus de demande européenne : l'agroalimentaire (+3,6 MdsE), les machines et équipements (+3,4 MdsE) et la chimie (+2,5 MdsE).

Le Grand Export fait son grand retour

Mais les entreprises françaises pourront aussi aller prospecter dans des marchés géographiquement plus éloignés... En effet, cette année, 3 grands pays réapparaissent dans le top 10 des destinations d'export à potentiel. Il s'agit des Etats-Unis (+2,6 MdsE à capter), de la Chine (+1,2 MdsE) et de la Russie (+0,8 MdsE).

"Rien que par leur taille, ces trois marchés sont intéressants pour les exportateurs français. Un intérêt renforcé par l'amélioration de la situation économique dans ces pays. Aux Etats-Unis, la croissance devrait accélérer de +1,6% en 2016 à +2,2% en 2017. Ce dynamisme de l'activité représente une opportunité non-négligeable pour nos entreprises. En Chine, la croissance nominale du PIB a rebondi de +7% en 2015 à +9,3% en 2017. De plus, le développement tendanciel de la consommation intérieure devrait continuer de bénéficier à nos exportateurs.

Enfin, la Russie est sortie de la récession. Même si les sanctions de l'UE envers le pays n'ont pas été levées ni assouplies, le PIB russe devrait croître en volume de +1,3% en 2017 (-0,2% en 2016)", conclut Stéphane Colliac.

 
0 commentaire - Export : une carte à jouer pour les entreprises françaises ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]