Familles : le versement des prestations réduit le risque de pauvreté

Familles : le versement des prestations réduit le risque de pauvreté

famille

A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 16 décembre 2015 à 11h01

Dans le cadre d'une enquête sur la famille en France, l'Institut national de la statistique a évalué "l'effort social de la Nation en faveur des parents" c'est à dire le "montant des dépenses sociales qui leur sont consacrées au titre de la politique familiale". En 2013, il était compris entre 75 et 94 milliards d'euros selon les hypothèses retenues, ce qui correspond à envrion 4% du PIB.
 
Les prestations familiales (48,7 milliards d'euros) constituent le premier poste de dépenses. Viennent ensuite les droits familiaux de retraite (18,4 milliards d'euros), comme la majoration de pension pour les parents ayant élevé plus de trois enfants. Enfin, les dépenses fiscales représentent de 1,5 à 15,6 milliards d'euros de cet effort "selon qu'elles intègrent ou non l'effet de certains dispositifs dont le quotient familial".

Les prestations réduisent les écarts de niveau de vie

L'enquête de l'INSEE montre que les transferts sociaux permettent de rétablir un peu d'équité entre les ménages français. En 2014, six foyers allocataires sur dix sont des familles avec enfant(s) et parmi elles, 27% sont monoparentales et 70% comportent au moins deux enfants. Le montant moyen des prestations versées par les CAF est de 453 euros par mois environ. Des mécanismes de redistribution s'y ajoutent, permettant une amélioration du niveau de vie annuel médian de certaines familles. A titre d'exemple, il est de 13.089 euros pour une famille monoparentale. Après redistribution, il s'établit à 15.036 euros.

De même, le taux de pauvreté recule fortement, après redistribution, passant de 37,1% à 21% pour une famille monoparentale avec un enfant et de 40,6% à 21,1% pour un couple avec trois enfants ou plus. Il faut dire que, logiquement, le niveau de vie moyen des familles monoparentales est moins élevé que celui des familles dites "traditionnelles" (1.200 euros mensuels contre 1.900 euros). Les familles recomposées "occupent une situation intermédiaire mais relativement proche de celle des familles "traditionnelles" (1.660 euros).

 
0 commentaire - Familles : le versement des prestations réduit le risque de pauvreté
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]