GM&S : Bruno Le Maire va négocier des hausses de commandes

GM&S : Bruno Le Maire va négocier des hausses de commandes©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 19 mai 2017 à 20h42

Bruno Le Maire va s'impliquer dans le dossier GM&S, cet équipementier automobile dont les salariés ont piégé leur usine le 11 mai dernier pour attirer l'attention des autorités sur leurs déboires. Le nouveau ministre de l'Economie a reçu vendredi à Bercy les syndicats de la société, et selon un communiqué du ministère publié dans la soiré, il "s'est engagé auprès des représentants des salariés à déployer tous les efforts nécessaires pour garantir l'accroissement des commandes auprès des constructeurs automobiles clients".

L'usine piégée avec des bonbonnes de gaz

Le ministre va ainsi contacter Carlos Tavares et Carlos Ghosn, les patrons respectifs de PSA Groupe et Renault, ce week-end, pour essayer de faire évoluer la situation, et éviter une liquidation mardi prochain, a déclaré à la presse Vincent Labrousse, le délégué CGT de GM&S, à l'issue de la rencontre avec Bruno Le Maire.

Le sous-traitant automobile, basé à La Souterraine dans la Creuse, emploie environ 280 salariés et fournit notamment des pièces pour Renault et PSA Groupe. Le groupe a été placé en redressement judiciaire le 2 décembre dernier, et  risque la liquidation dès mardi prochain, par le tribunal de commerce de Poitiers...

Le 11 mai dernier, une partie des salariés de l'usine avait indiqué avoir piégé l'usine "avec des bonbonnes de gaz, reliées à des bouteilles de gaz et à des jerrycans d'essence".

Une réponse attendue avant mardi prochain

Selon le communiqué de Bercy, Bruno Le Maire a prévu d'informer l'intersyndicale de l'issue de ses discussions avec les constructeurs d'ici la décision du tribunal de commerce de Poitiers mardi prochain, le 23 mai, sur l'avenir de GM&S.

Bruno Le Maire a prévenu que la pérennité de l'activité du site "devra également s'accompagner d'une adaptation de l'entreprise aux conditions et standards de concurrence", selon le communiqué.

Deux repreneurs possibles ?

Pour sa part, le syndicat CGT, qui cite les sociétés GMD et Magneto comme repreneurs potentiels, "souhaite que le tribunal de commerce demande une prolongation de la période d'observation pour permettre d'ouvrir les discussions" officiellement avec les deux constructeurs.

En début de semaine, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait assuré que le dossier de l'équipementier automobile serait "symbolique et prioritaire". "Il faut traiter d'urgence cette situation, cette entreprise, ces employés, dans le cadre d'un groupement avec les donneurs d'ordre, les grands groupes automobiles que nous connaissons (...) Il faut que l'industrie automobile française assume aussi ses responsabilités", avait-il déclaré sur 'BFMTV'.

 
2 commentaires - GM&S : Bruno Le Maire va négocier des hausses de commandes
  • burlat -

    70% DES VOITURES FRANCAISES SONT FABRIQUEES A L'ETRANGER.............donc les produits sont achetées ailleurs DANS LE MONDE...................ET VOUDRAIT UNE USINE OU LA CGT FOUT LA MERDE SANS ARRET car ces gens ne voit que leur intéret de syndicaliste (emploi protégé).....................

  • leu56 -

    On continue comme auparavant on ne traite pas le probleme ou est le changement

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]