Grèce : le FMI presse l'Europe d'agir pour réduire la dette d'Athènes

Grèce : le FMI presse l'Europe d'agir pour réduire la dette d'Athènes©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 27 janvier 2017 à 19h44

Le Fonds monétaire international (FMI) juge la dette grecque "intenable" et "explosive" sur le long terme. Dans un rapport confidentiel de l'institution obtenu par l'agence 'AFP', le FMI appelle la zone euro à proposer des mesures d'allègement "plus crédibles". A la lecture de ce document, il paraît improbable que le FMI accepte de participer au plan d'aide actuel à la Grèce, d'un montant de 86 milliards d'euros.

"La dette grecque est totalement intenable"

Les bailleurs de fonds européens, l'Allemagne en tête, tentent de convaincre le FMI de participer à ce plan qui s'étale jusqu'à la fin 2018. Mais jusqu'à présent, malgré les demandes répétées du FMI, les pays européens n'ont accepté de procéder qu'à une réduction symbolique de la dette d'Athènes, reportant à 2018 le débat sur un allègement plus important. En décembre, un bras de fer à ce sujet a opposé Athènes et ses  créanciers, qui ont même suspendu pendant quelques jours leur plan d'aide. Un compromis a été trouvé et le léger allègement de la dette sera bien mis en oeuvre.

Le FMI, qui a participé aux deux précédents plans d'aide à la Grèce en 2010 et 2012, ne peut selon ses règles internes accorder de prêts à un pays que s'il juge sa dette soutenable avec un fort degré de probabilité. Or, "la dette grecque est totalement intenable", estime le FMI.

Vers un endettement représentant 275% du PIB

"Même avec une application pleine et entière des réformes approuvées dans le cadre du programme (d'aide), la dette publique et les besoins de financement vont devenir explosifs sur le long terme", poursuit l'institution. Si la dette n'est pas allégée, elle devrait atteindre à terme 275% du PIB du pays, contre 180% actuellement, indique encore le rapport.

Le document préconise notamment d'étendre les maturités des prêts jusqu'en 2070 et de prolonger la période de grâce sur les remboursements jusqu'en 2040. Le FMI met aussi la pression sur Athènes qui devra appliquer les réformes demandées par ses créanciers, même en cas d'allègement de la dette, faute de quoi, la viabilité de la dette ne serait "pas garantie".

Objectifs budgétaires et de croissance intenables ?

En septembre 2016, le FMI avait déjà appelé les Européens à alléger significativement la dette de la Grèce, estimant que le pays e ne parviendra jamais à rembourser sa dette. Dans sa revue annuelle sur l'économie grecque, le Fonds  avait estimé qu'"il n'est pas possible de supposer que la Grèce peut tout simplement sortir de son problème d'endettement. Un nouvel allègement de la dette est nécessaire pour qu'elle soit viable".

Cet allègement doit être calibré sur des objectifs budgétaires et de croissance crédibles, soulignait le FMI, ajoutant que les objectifs d'excédents budgétaires primaires (avant remboursement de la dette) qui ont été fixés au-delà de 2018 ne devraient pas être atteints par Athènes.

 
2 commentaires - Grèce : le FMI presse l'Europe d'agir pour réduire la dette d'Athènes
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]