Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, qualifie le bitcoin de « fraude »

Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, qualifie le bitcoin de « fraude »
A lire aussi

LesEchos, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 17h24

Comment la crypto-monnaie va-t-elle réagir à cette attaque? Le bitcoin est une « fraude » qui va exploser en vol, a affirmé ce mardi Jamie Dimon, le PDG de la banque JPMorgan Chase & Co.

« Cette monnaie ne va pas marcher. On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que les gens qui l'achètent sont vraiment malins », a-t-il dit lors d'une conférence à New York.

Lire aussi :

>Le bitcoin, symbole de la défiance des investisseurs envers les banques centrales

>La Chine pourrait fermer ses Bourses de cryptomonnaies

Si des traders de JPMorgan échangent la crypto-monnaie, « je les licencierais dans la seconde, et ce pour deux raisons : c'est contraire à nos règles et ils sont stupides. Dans les deux cas, c'est dangereux », a ajouté Jamie…

Lire la suite sur LesEchos

 
4 commentaires - Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, qualifie le bitcoin de « fraude »
  • avatar
    FelixM -

    On peut être tenté de prendre ces propos comme un plaidoyer pro domo, pour sa chapelle.
    Cependant le bitcoin, avec un encours limité à 32 milliards de dollars, selon ses promoteurs, est une goutte d'eau dans les échanges mondiaux de devises, plusieurs milliers de milliards de dollars quotidiens. En l'état, ça ne peut pas menacer les grandes banques.
    Mais il n'est nul besoin de lui pour comprendre que cette spéculation est extrêmement dangereuse. Les monnaies classiques sont pilotées par les banques centrales, avec une communication pléthorique quasi permanente. La régulation et la surveillance des banques se font à un niveau élevé, même s'il n'est pas idéal et peut être remis en cause par les USA. Les monnaies sont gagées par un stock d'or et leur valeur d'échange résulte de la comparaison de la dynamique des économies nationales et des taux d'intérêt servis par les états, taux résultant du jeu de l'offre et de la demande en toute transparence.
    Rien de cela pur les cryptomonnaies, pas de régulation par des banques centrales, pas de règlementation contraignante, pas d'économie réelle derrière, pas de taux d'intérêt pour donner un prix aux échanges. Que du vent, comme le dit le patron de JPMorgan. Une baudruche, extrêmement dangereuse. Une spéculation démentielle, sans aucun fondement, qui en a enrichi beaucoup, mais qui fera très mal lorsqu'elle éclatera.
    Ceux qui critiquent la Bourse ne semblent pas avoir pris conscience que cette affaire du bitcoin est bien plus perverse, sans qu'elle contribue au financement des entreprises, elle.

  • avatar
    spartiate -

    C'est surtout parce qu'ils ne peuvent pas la contrôler et ne peuvent en tirer des bénéfices qu'il souhaite la mort de cette monnaie, car elle n'est pas faite à partir de vent comme il le prétend.

  • avatar
    jeps86 -

    MERDE CE TRUC MARCHE ON PERD DU FRIC TOUS LES JOURS.................

  • avatar
    SERAFINMEPHISTO -

    C 'est en tant que PDG d'une grande société bancaire qu'il parle , puisque la monnaie virtuelle lui fait concurrence , à lui ainsi qu'à ses homologues des autres puissants groupes financiers . personnellement , je n 'utiliserai pas le bitcoin pour des achats sur la toile

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]