L'ancienne formule du Levothyrox de retour dans les pharmacies, "au compte-gouttes"

Chargement en cours
 Les trois millions de Français utilisant le Levothyrox

Les trois millions de Français utilisant le Levothyrox

1/2
© AFP, DAMIEN MEYER
A lire aussi

AFP, publié le lundi 02 octobre 2017 à 19h09

Après les nombreuses plaintes provoquées par les effets secondaires de sa nouvelle formule, l'ancien Levothyrox a fait son retour lundi dans les pharmacies, mais le nombre de boîtes limité fait déjà craindre un risque de pénurie.

"Je n'ai même pas reçu une boîte de chaque dosage", explique à l'AFP Michel Duval, pharmacien à Rennes, au terme d'une journée que nombre de ses confrères appréhendaient: "Certains patients sont compréhensifs, beaucoup pas du tout parce qu'ils ont entendu à la radio, à la télé qu'il y en aurait dans toutes les pharmacies".

"C'est donné au compte-gouttes, on ne sait même pas s'il y en aura demain donc je ne peux rien leur promettre", déplore-t-il.

Sur les réseaux sociaux, d'autres pharmaciens se plaignaient d'un approvisionnement trop réduit et assuraient ne pas parvenir à joindre leurs grossistes, saturés de demandes.

Importée d'Allemagne, l'ancienne formule de ce médicament pour la thyroïde est disponible depuis lundi sous le nom d'Euthyrox. 

Fabriqué par le laboratoire Merck, comme le Levothyrox, l'Euthyrox est disponible "pour une durée et des quantités limitées (130.000 boîtes de 100 comprimés en 8 dosages)" pour les 22.000 pharmacies de France, a souligné l'Agence du médicament ANSM.

Selon l'Agence, les médecins ne doivent donc prescrire l'Euthyrox qu'en "dernier recours", aux patients qui se plaignent d'effets secondaires (crampes, maux de tête, vertiges, perte de cheveux) liés au nouveau Levothyrox.

Problème: "Nous avons des remontées qui montrent que ce n'est pas forcément ce qui se passe", a affirmé dans la journée à l'AFP le directeur général de l'ANSM, Dominique Martin.

- 'Pas assez de boîtes' -

"Il faut réserver l'Euthyrox à ceux pour qui il n'y a pas d'alternative", insiste-t-il. "S'il était épuisé très rapidement, des gens qui en ont vraiment besoin ne l'auraient pas dans les jours qui viennent".

L'ANSM a fait parvenir lundi matin un document d'information aux professionnels de santé. Il stipule que les ordonnances doivent mentionner le nom "Euthyrox" et être postérieures au 14 septembre pour rendre possible la délivrance de ce médicament

Les autorités de santé estiment à plus de 9.000 le nombre de signalements pour effets indésirables visant la nouvelle formule du Levothyrox, commercialisée depuis mars.

Au total, trois millions de patients prennent du Levothyrox en France (premier marché mondial) pour soigner l'hypothyroïdie ou après une opération de cancer de la thyroïde. 

Chantal L'Hoir, de l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT), estime que cette journée ne s'est "pas bien" passée.

"Les pharmaciens n'ont pas assez de boîtes (et) je n'accepte pas le caractère temporaire" de cette remise à disposition de l'ancienne formule, déplore Mme L'Hoir, présidente de cette association qui mène la fronde contre la nouvelle formule.

Une pétition lancée cet été revendique 294.500 signatures. Plusieurs procédures judiciaires sont par ailleurs en cours.

- 'Repousser le problème' -

Pour Alain Delgutte, de l'Ordre des pharmaciens, la mise à disposition temporaire de l'Euthyrox équivaut à "repousser le problème" puisque "tôt ou tard, cette formule sera supprimée".

Merck entend en effet généraliser le recours à la nouvelle formule: la France est le premier pays où elle a été introduite mais le laboratoire avait indiqué à l'AFP début septembre que des procédures d'homologation étaient en cours ailleurs.

La nouvelle formule du Levothyrox a été réclamée par l'ANSM au laboratoire en 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable dans le temps. Le changement ne porte pas sur le principe actif mais sur d'autres substances, les excipients.

Face à la colère de patients signalant des effets secondaires, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait annoncé le 15 septembre le retour sous quinze jours de l'ancienne formule avant l'arrivée de médicaments alternatifs.

Selon l'ANSM, un autre médicament, le L-Thyroxin Henning (laboratoire Sanofi), sera disponible à partir de mi-octobre.

Un médicament sous forme de gouttes, la L-Thyroxine (laboratoire Serb), existe également, mais est prescrit en priorité aux enfants et aux personnes qui ont des troubles de la déglutition.

Dominique Martin a annoncé à l'AFP lundi que l'arrivée d'un autre médicament équivalent était étudiée pour novembre: "C'est un médicament utilisé dans un pays européen, qui n'a pas les mêmes excipients" que le nouveau Levothyrox.

 
15 commentaires - L'ancienne formule du Levothyrox de retour dans les pharmacies, "au compte-gouttes"
  • avatar
    Barbetorte -

    Et dans trois mois on recommence, c'est ça ? Quelqu'un peut-il expliquer pourquoi seule le France parait concernée par cette crapulerie des laboratoires ?

  • avatar
    defendrelesretraites -

    c'est une histoire de gros sous mais bon beaucoup de français votent pour ce système pourri et certainement un jour en subiront les conséquences car tous les domaines sont touchés même et surtout la sécurité et la santé !

    avatar
    Barbetorte -

    Quelque soit le parti au pouvoir, les labos pharmaceutiques font ce qu'ils veulent , quand ils veulent. Il serait temps que vous vous en rendiez compte et ne pas rester bloqué sur des principes éculés.

  • avatar
    laprothese -

    tout cela n'est pas clair!!! des paroles des paroles du vent!!y en a marre nous avons une ministre de la santé incapable de lutter contre ces labos qui ont le monopole du medicament!!patients descender dans la rue!!pour manifester votre colere!!!

    avatar
    Barbetorte -

    Aucun ministre quel qu'il soit ne peut faire grand chose contre les actionnaires de ces boites à saloperies.

  • avatar
    Pouicpouic35 -

    Un "sacré cafouillage"..................y a t il UN MINISTRE DE LA SANTE.........dans l'avion?...........une drole d'équipe de farceurs!

    avatar
    Barbetorte -

    Allez faire le boulot, vous qui paraissez si intelligent.

    avatar
    bocdui -

    sous quel ministre la décision de changer de formule a-t-elle était prise ????

  • avatar
    rose79 -

    pouvons nous avoir confiance en nos laboratoires aujourd'hui ? oui me direz vous, Ou sont fabriqués nos médicaments ? oui sous couvert des labos basés en France .
    plus confiance du tout
    Je ne suis pas concernée pour ce produit. Seulement pour un antibiotique fabriqué en Hongrie , résultat 8 jours hosto en urgence et grave , voila l'Europe ou certains pays ne sont pas contrôlés du tout .
    Qu'en pense notre Ministre de la santé ?
    .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]