L'Italie s'inquiète pour ses banques

L'Italie s'inquiète pour ses banques©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 28 juin 2016 à 09h37

Alors que l'onde de choc du Brexit a continué de s'étendre dans la sphère bancaire ces dernières heures, l'Italie qui est considéré comme un des maillons faibles de la finance européenne, tente d'éteindre le début d'incendie qui menace ses banques... Rome craint en effet désormais que ses établissements, déjà pénalisés par 360 milliards d'euros de créances douteuses -un tiers du total de la zone euro- ne soient attaqués par la spéculation. UniCredit et Intesa Sanpaolo ont ainsi déjà chuté de quelque 30% en l'espace de deux séances en Bourse de Milan, en réaction à la victoire du camp du Brexit lors du scrutin britannique...

"Quand on voit les marchés, il est évident qu'il ne faut pas perdre de temps, mais nous sommes en position de faire face à toute difficulté et à faire tout ce qui est nécessaire, dans le cadre des règles, pour régler les problèmes qui émergent", a commenté Matteo Renzi lors d'une conférence de presse à Berlin après une réunion avec Angela Merkel et François Hollande.

Souplesse accrue

Selon une source gouvernementale que rapporte Reuters, le président du Conseil italien a plaidé en faveur d'une souplesse accrue des autorités européennes concernant les dépenses publiques de son pays et les aides publiques au secteur bancaire... Parmi les mesures envisagées à Rome figure une garantie publique pour des émissions obligataires des banques qui seraient souscrites par l'établissement public Cassa Depositi i Prestiti et par le Trésor...

Le gouvernement italien compte renforcer le fonds public d'aide au secteur bancaire Atlante, créé en avril dernier dans le but de décharger les banques d'une partie de leurs créances douteuses et d'apporter des capitaux frais à certaines d'entre elles, a expliqué une autre source.

Sous pression

Selon d'autres sources de presse, le gouvernement envisageait aussi des prises de participation de l'Etat dans certaines de ses banques en difficulté, à hauteur d'environ 40 milliards d'euros, malgré le peu de marge de manoeuvre dont disposent les finances du pays. Hypothèse pour le moment démentie..

Hier soir, l'agence de notation Standard & Poor's a retiré le "Triple A" de la dette à long terme de la Grande-Bretagne, et l'agence Fitch a elle aussi abaissé sa note... De quoi rappeler l'urgence de la situation qui sera examinée dans le cadre du sommet européen qui se tient ce mardi à Bruxelles, le premier depuis le vote favorable au Brexit outre-Manche.

 
0 commentaire - L'Italie s'inquiète pour ses banques
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]