La décision de fermer Alstom Belfort a été suspendue !

La décision de fermer Alstom Belfort a été suspendue !©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 26 septembre 2016 à 23h59

Les syndicats d'Alstom ont obtenu une toute première concession lundi. Lors d'un comité central d'entreprise extraordinaire, Henri Poupart-Lafarge, le PDG d'Alstom, a annoncé le "gel" du transfert des activités de Belfort à Reichshoffen, en Alsace, où le groupe fabrique actuellement des trains régionaux et Intercités.

Tant que le gouvernement n'a pas dévoilé ses plans, "rien ne sera entériné", a ainsi expliqué le patron d'Alstom aux représentants syndicaux. Christophe Sirugue, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, devrait présenter le 4 octobre son plan de sauvetage pour pérenniser l'emploi industriel à Belfort, ont déclaré deux responsables de la CFE-CGC d'Alstom à l'agence 'Reuters'.

Selon Force ouvrière, Christophe Sirugue, devrait présenter dès le 30 septembre aux représentants syndicaux du groupe Alstom un "projet global" portant sur l'ensemble des sites du groupe, et préservant l'activité de celui de Belfort. Cette information n'a pas encore été à ce stade directement confirmée par le secrétariat d'Etat à l'Industrie ou Alstom.

Le 26 septembre dernier, la direction d'Alstom a annoncé la fin de la production sur le site historique de Belfort, faute de nouvelles commandes de trains et locomotives. Ces activités seront transférées à Reichshoffen, en Alsace. Sur les 480 emplois du site de Belfort, une équipe restreinte de 80 salariés serait conservée pour la maintenance et la réparation, tandis que les 400 autres se verraient proposer une solution de reclassement sur d'autres sites du groupe.

Les personnel d'Alstom appelés à la grève ce mardi

A l'approche de l'élection présidentielle, le dossier d'Alstom Belfort est immédiatement devenu un sujet politique de premier plan. Le gouvernement travaille sur cinq pistes pour sauver le site de Belfort. Le 13 septembre, le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Alain Vidalies, a parlé d'un "trou de commandes qui va de 2018 à 2022" et a évoqué plusieurs appels d'offres à venir, dont des rames pour la ligne SNCF qui relie Paris, Turin et Milan, ainsi qu'une commande de la RATP pour des véhicules servant aux travaux sur ses lignes, et une commande trains Intercités.

En attendant, cette semaine cruciale pour l'avenir d'Alstom sera aussi marquée, ce mardi, par un appel à la grève de l'ensemble des salariés du groupe Alstom en France à l'appel des quatre syndicats représentatifs d'Alstom (CFE-CGC, CGT, CFDT, et FO).

 
0 commentaire - La décision de fermer Alstom Belfort a été suspendue !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]