La dette grecque au menu de l'Eurogroupe

La dette grecque au menu de l'Eurogroupe©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 15 juin 2017 à 08h25

La pression monte pour Athènes, alors que les ministres des Finances de la zone euro et la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, se réunissent ce jeudi afin de statuer sur le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide du dernier plan d'aide international conclu à l'été 2015, en faveur de la Grèce.

Des efforts considérables

Mercredi, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'est montré plutôt confiant, rappelant les nombreux efforts réalisés par les citoyens. "La Grèce a mené, au cours des deux dernières années, plus de réformes que l'ensemble des pays européens réunis. Et bien plus que cela", a-t-il déclaré, dans une tribune publiée dans 'Le Monde'.

La République hellénique a notamment accepter "de voter une loi qui prévoit d'amender la composition des mesures de restriction budgétaire pour 2019 et 2020, afin de lever toute réticence chez nos créanciers quant à notre capacité à atteindre des objectifs budgétaires réalistes", indique Alexis Tsipras.

Début mai, la Grèce a par ailleurs conclu un nouvel accord prévoyant une série de réformes portant sur le marché du travail et de l'énergie. Il comprend également une baisse des coûts des retraites et des hausses d'impôts.

La question de l'allègement de la dette en suspens

Le Premier ministre grec estime néanmoins que ces efforts porteront leurs fruits à une seule et unique condition: le réaménagement de la dette. Il s'agit du choix "le plus logique pour soutenir la croissance et pour que la Grèce continue de respecter ses obligations en matière de remboursement. Pas pour lui donner de l'argent, mais pour ne pas avoir besoin de lui en donner", souligne-t-il.

Les Allemands semblent cependant toujours réticents à un quelconque allègement de la dette. Les autorités grecques craignent ainsi que les élections législatives, prévues outre-Rhin en septembre, entravent la conclusion d'un compromis sur ce point. En revanche, côté français, Emmanuel Macron s'est prononcé, mi-mai, lors d'un entretien téléphonique avec Alexis Tsipras, en faveur "d'un accord pour alléger dans la durée le poids de la dette grecque", selon Reuters.

Fin avril, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a également invité les pays de la zone euro à discuter de cette option, compte tenu des nombreux efforts réalisés par le pays. En outre, le budget du gouvernement central a dégagé un excédent primaire (hors service de la dette) de 1,842 milliard d'euros sur les cinq premiers mois de l'année, dépassant son objectif de 792 millions d'euros grâce à des dépenses en baisse.

 
0 commentaire - La dette grecque au menu de l'Eurogroupe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]