La filière éolienne toujours très dynamique en France

La filière éolienne toujours très dynamique en France©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 11 juillet 2016 à 17h05

Le dynamisme de la filière éolienne ne se dément pas. Au premier semestre, l'installation globale a progressé de 45,2 Mégawatts par rapport à la même période de 2015 pour s'établir à 568,2 MW, selon les données de 'France Energie Eolienne'. Des chiffres qui augurent une solide année 2016, mais qui ne suffiront pas à atteindre les objectifs fixés par le gouvernement.

1.000MW installés par an

Actuellement, le rythme d'installation est d'environ 1.000 MW par an, "inférieur à la trajectoire requise pour atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l'Investissement (PPI). Pour atteindre les 15 GW prévus à horizon 2018 ou 24 GW en 2023, ce sont 1,5 GW qui doivent être raccordés chaque année à partir de 2016", souligne la FEE.

Afin d'atteindre cet objectif, la fédération réclame un cadre législatif plus stable, rappelant au passage que la filière compte 12.520 employés locaux et que la France "détient le deuxième gisement de vent après le Royaume-Uni". Le bilan semestriel de la Fédération intervient alors que l'OCDE vient de publier un rapport sur l'état d'avancement des politiques environnementales menées par la France.

Retard "préoccupant" pour l'éolien 'offshore'

L'OCDE constate que, malgré l'existence de politiques incitatives, le rythme de déploiement des énergies renouvelables n'est pas satisfaisant. Si les objectifs intermédiaires sont "largement dépassés pour le photovoltaïque", ils "restent en deçà des attentes pour l'éolien terrestre (...) et accusent un retard préoccupant pour l'éolien 'offshore'". A ce jour, le gouvernement a en effet lancé trois appels d'offres pour l'éolien en mer.

Le premier date de 2011 et a permis l'attribution de quatre zones pour une capacité totale de près de 2.000 MW, situées au large des communes de Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc et Saint-Nazaire. Le deuxième remonte à 2013 pour l'installation de 1.000 MW répartis sur deux zones au large du Tréport et des îles d'Yeu et de Noirmoutier. Enfin, le dernier lancé cette année, concerne une zone au large de Dunkerque. Aucune de ces éoliennes n'a encore vu le jour.

Ces projets ont pris beaucoup de retard, notamment en raison de "la complexité administrative des démarches", note l'OCDE. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a toutefois indiqué que le dernier appel d'offres "se caractérise par plusieurs nouveautés, visant à réduire les coûts et à simplifier les procédures"...

 
0 commentaire - La filière éolienne toujours très dynamique en France
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]