La France doit aller plus vite dans sa transition écologique, selon l'Ademe

La France doit aller plus vite dans sa transition écologique, selon l'Ademe

usine arbres

A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 19 octobre 2017 à 16h22

La France doit accélérer sa transition écologique si elle veut respecter ses engagements de long terme en matière d'émissions de CO2 et de consommation d'énergie, écrit l'Ademe dans un rapport publié jeudi.

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie estime que le pays doit fournir des efforts particuliers dans les domaines du bâtiment et des transports, deux "chantiers prioritaires", faute de quoi il ne pourra remplir les objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique votée en 2015.

Accélérer la transition

La législation adoptée sous François Hollande prévoit notamment de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 et de réduire la consommation énergétique finale de 50% à l'horizon 2050 par rapport à 2012.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a présenté en juillet un "plan climat" qui réactualise les ambitions françaises, avec l'engagement de parvenir d'ici à 2050 à la neutralité carbone - l'équilibre entre émissions de gaz et capacités à absorber le carbone de l'atmosphère.

"Il est indispensable, à court terme, de trouver les moyens d'accélérer la transition pour être en mesure de se placer sur une trajectoire compatible avec les objectifs de long terme", juge l'Ademe, un organisme placé sous la tutelle du gouvernement, dans un communiqué joint à son rapport.

Loin du compte

Pour améliorer la performance énergétique des bâtiments, l'organisme estime qu'il faudra rénover 500.000 logements existants par an jusqu'en 2030 puis 750.000 jusqu'en 2050. Mais la France est loin du compte, puisque selon le rapport, près de 288.000 rénovations de performance énergétique de logements privés ont été réalisées en 2014, et au moins 50.000 dans le parc social.

L'Ademe prône par ailleurs un "déclenchement d'une transition rapide et profonde de nos modalités de déplacement, afin de réduire fortement les émissions de CO2".

La question écologique est au menu des Assises de la mobilité, dont les travaux ont débuté il y a un mois jour pour jour et doivent inspirer une future loi d'orientation attendue au premier trimestre 2018. L'Agence de l'environnement ne dresse pas pour autant un tableau pessimiste, puisqu'elle "confirme la possibilité de réduire massivement, à l'horizon 2050, les émissions de gaz à effet de serre (...) et la consommation d'énergie finale".

 
0 commentaire - La France doit aller plus vite dans sa transition écologique, selon l'Ademe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]