La hausse du chômage persiste, à contrecourant des autres indicateurs

Chargement en cours
 Hausse du chômage en août

Hausse du chômage en août

1/2
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le mardi 26 septembre 2017 à 19h37

L'indicateur de Pôle emploi reste en berne: l'opérateur a enregistré une nouvelle hausse du chômage en août, prenant le contre-pied des autres indicateurs du marché du travail, tous passés dans le vert.

Après la forte augmentation de juillet, le nombre de chômeurs a poursuivi sa hausse en août (+22.300, +0,6%), s'établissant en métropole à 3,54 millions de personnes inscrites en catégorie A (sans activité) sur les listes de Pôle emploi, a annoncé mardi le ministère du Travail. Ce chiffre atteint même 3,80 millions de personnes en incluant l'outre-mer.

La hausse d'août a frappé les jeunes autant que les seniors (+0,4%).

Ces mauvais chiffres ne sont pas accidentels mais confirment une tendance de fond de l'indicateur, qui augmente de 46.300 personnes (+1,3%) en trois mois et de 73.300 (+2,1%) depuis le début de l'année en métropole.

En revanche, l'indicateur baisse légèrement en un an (-0,3%), à la faveur des baisses enregistrées fin 2017.

Autre point noir: les chiffres de Pôle emploi atteignent fin août de nouveaux records en comptant les demandeurs d'emploi ayant exercé une activité au cours du mois (catégories B et C). Leur nombre culmine à 5,65 millions en métropole (+0,4%) et 5,95 millions en France entière (+0,5%).

Le chômage de longue durée a, lui aussi, fait tâche d'huile, en hausse de 0,9% en août. A la fin du mois, 2,49 millions de demandeurs d'emploi, petite activité comprise, étaient inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an en métropole.

Obstinément en hausse, les chiffres de Pôle emploi contredisent tous les autres indicateurs du marché du travail, tous passés au vert dans le sillage d'une croissance attendue en 2017 à 1,7% par le gouvernement.

- 'Difficilement compréhensible' -

La hausse du chômage observée ces derniers mois par Pôle emploi est "difficilement compréhensible", juge Bruno Ducoudré, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Selon lui, cette détérioration n'est pas en phase avec "l'accélération de la croissance et des créations d'emplois".

Selon lui, toutefois, la baisse de charge du plan de formation pour les demandeurs d'emploi et la baisse des contingents de contrats aidés depuis juillet peuvent expliquer une partie de la hausse du chômage. 

Le taux de chômage, mesuré par l'Insee, a reculé de 0,5 point au premier semestre, pour s'établir à 9,2% de la population active en métropole et à 9,5% en France entière. Dans sa communication, le gouvernement, qui refuse de commenter les chiffres de Pôle emploi, marque clairement sa préférence pour ce taux, seul thermomètre du chômage reconnu à l'international.

La divergence entre les indicateurs de Pôle emploi et de l'Insee s'explique par le fait qu'ils ne mesurent pas le chômage de la même manière: Pôle emploi comptabilise les inscrits sur ses listes, alors que l'Insee réalise une enquête auprès de 110.000 personnes. Les seniors inscrits à Pôle emploi ne sont pas comptabilisés par l'Insee s'ils ne cherchent plus activement un emploi. A contrario, certains jeunes, chômeurs pour l'Insee mais inéligibles à l'assurance chômage, ne s'inscrivent pas à Pôle emploi.

Si le gouvernement ne s'est fixé aucun objectif chiffré de baisse du nombre d'inscrits à Pôle emploi, il vise un taux de chômage BIT (Bureau international du travail) de 7% à la fin du quinquennat. Il compte, pour y parvenir, sur ses ordonnances réformant le code du travail, entrées en vigueur ce weekend, mais aussi sur son plan d'investissement dans les compétences, dont les grandes lignes ont été présentées lundi.

"Encore faudrait-il que des emplois soient créés", a réagi Force ouvrière, pour qui "la relance de l'emploi passe avant tout par la reprise de l'activité économique." "Former c'est nécessaire, créer des emplois de qualité c'est mieux !" estime le syndicat dans un communiqué.

"C'est encore une fois une hausse de la précarité qui fait l'actualité", a déploré la CGT, appelant le gouvernement à "favoriser l'emploi en CDI à temps plein qui coûte beaucoup moins cher à l'assurance chômage que les contrats courts".

 
378 commentaires - La hausse du chômage persiste, à contrecourant des autres indicateurs
  • avatar
    letique1 -

    500.000 retraitées travail et avec la diminution du plafond on va vers le 1.000.000 plus la csg donc après avoir relevé la france apres la guerre on releve la france de2020 vivement la fin

  • avatar
    CHRISJAKO -

    Malheureusement, et comme ce ne sont pas les autres indicateurs qui indemnisent les chômeurs, des autres indicateurs, on s'en fiche un peu, pour ne pas dire complètement, ........; le vrai chiffre, hélas, c'est celui de Pôle emploi, ceux qui sont dans la Moïse, ils sont là, ......... les machins virtuels à la gloire des pouvoirs semblent assez dérisoire, ........ les tendances dont on se gargarise sont une chose, la "vrai misère", en est une tout autre ........,

  • avatar
    soly-des-neiges -

    Rien d'étonnant à cela. Depuis la fin des années 70, la désindustrialisation n'a fait que s'accentuer en France, et elle perdure encore. (Alstom ?) . Sans compter la concurrence étrangère et les délocalisations .
    Et c'est ainsi que sur un mois les demandeurs d'emploi, toutes catégories confondues, sont passés en ce mois d'Août 2017, de 6 327 900 à 6 366 700 millions !. Ce qui équivaut à une hausse de 0,61 % (+38 800 chômeurs de plus). Il faut reconnaître que ce n'est pas la gloire.

  • avatar
    papyboum -

    A la télé ils disent tous les jours: "il y a des millions de personnes qui veulent du travail" C'est pas vrai , de l'argent leur suffirait! (Coluche)

  • avatar
    val07 -

    Demandez aux agriculteurs qui peinent à trouver du personnel et qui sont obligés d'aller chercher leurs mains d'oeuvre à l'étranger, alors qu'en France nous avons des chômeurs et encore pire que les chômeurs des assistés, percevant le RSA et tout le reste c'est ces derniers à qui on ne devrait pas donner le choix et leur dire, soit vous travailler soit le mois prochain vous ne touchez rien ! Mais la France est tellement tombé dans l'assistanat à outrance qu'il est interdit de forcer des gens à travailler pour nourrir leur famille, on préfère continuer de les assistés et tout le monde trouve ça normal !! Trop peur de ces gens là qu'ils créent des émeutes, de la violence dans notre pays à deux doigts d'exploser !!

    avatar
    SBOUBELOUL -

    Non pas du tout. En tous cas, pas pour mes exploitations. Faîtes attention à ce que vous dîtes. Avec presque 200 salariés dans mon exploitation agricole et forestière, je travaille quasiment avec les mêmes saisonniers chaque année car je les connais et ils connaissent mes méthodes et ma façon de travailler (plus besoin de les former). Ensuite, je vois un malaise durable en train de s'installer et qui se matérialise par un phénomène honteux dans votre pays. De nombreuses familles viennent me voir tous les jours et sont prêtes à payer pour que je leur embauche leurs enfants qui cherchent du travail et qui ont tous l'air entreprenants et travailleurs. Le problème est qu'il n'y a plus assez de travail pour tout le monde. Comment voulez vous que l'on vous l'explique ? Bons sang...Ne racontez pas n'importe quoi ! Vos jeunes veulent travailler dans ceux que je vois qui frappent quotidiennement à ma porte mais je ne peux pas embaucher toute la misère de votre nation. Je demande à partager cette mission. Voilà tout

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]