La justice se penche sur la soirée à Las Vegas où Macron était invité

La justice se penche sur la soirée à Las Vegas où Macron était invité©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 14 mars 2017 à 21h09

Après les récentes révélations de presse, on a appris mardi soir que le Parquet de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire pour favoritisme portant sur l'organisation d'une coûteuse soirée de promotion des start-up françaises, à Las Vegas, en janvier 2016.

Cette procédure, ouverte pour "favoritisme, complicité et recel", ne vise toutefois pas Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, qui était présent à la soirée et y avait rencontré des entrepreneurs à l'occasion du salon CES (Consumer Electronics Show) à Las Vegas. L'enquête est en revanche "susceptible de mettre en cause" l'organisme de promotion Business France et l'agence de publicité Havas, responsables de l'organisation.

380.000 euros, dont 100.000 euros d'hôtel pour les invités

Le 'Canard Enchaîné' avait évoqué la semaine dernière des soupçons entourant l'organisation de cette soirée, dont l'organisation avait coûté plus de 380.000 euros, dont 100.000 euros d'hôtel pour les invités.

Selon le journal, cette opération avait été montée à la demande du cabinet du ministre et confiée à Havas par Business France, sans appel d'offres, ce qui "est susceptible de relever du délit de favoritisme", écrit l'Inspection générale des finances (IGF) dans un rapport cité par le 'Canard'. Le ministre des Finances, Michel Sapin, et le cabinet Business France ont tous deux tenu à blanchir l'ancien ministre, devenu le candidat du mouvement "En marche" à la présidentielle.

Bercy et Emmanuel Macron "totalement hors de cause"

Dans un communiqué publié lundi, Business France reconnaît avoir fait appel à l'agence Havas, mais précise que les ministres et leurs cabinets "n'interviennent pas dans les procédures d'appel d'offres et donc dans la relation contractuelle entre Business France et Havas". Le 8 mars, Michel Sapin avait de son côté assuré que son cabinet et le ministère de l'Economie étaient "totalement hors de cause" dans cette affaire.

Mardi, le mouvement d'Emmanuel Macron, "En marche", a souligné dans un communiqué "qu'en aucun cas, cette enquête ne vise Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique en fonction à l'époque, ni aucun membre de son cabinet".

 
12 commentaires - La justice se penche sur la soirée à Las Vegas où Macron était invité
  • avatar
    zap -

    Le parquet sort l'affaire de Las Vegas pour pouvoir mettre officiellement Macron hors de cause. Pendant ce temps, on ne parle plus des affaires Alsthom et SFR plus embêtantes. On oublie les frais de réception de Berçy bien réels. On ferme les yeux sur sa déclaration de patrimoine pour le moins peu transparente. Qu'est ce qu'il fait le canard. Il a du mal à se remettre de son indigestion Fillon ou il nous fait du foie gras?
    Les alcooliques du Nord et les illettrées bretonnes seraient pourtant contents d'avoir des nouvelles des casseroles "remisées par la presse aux ordres" de M. le futur Président coopté Macron.

  • avatar
    leupierrot -

    c'est un écran de fumé pour dire que Mr est même titre que les autres

  • avatar
    FREE01 -

    Bravo JEANPAIN pour ta littérature tellement longue qu'on ne lit que le départ et l'arrivée. On peut croire que ce discours a été préparé à l'avance par ton parti bien aimé car l'écart avec la vérité est bien conséquent.
    Enfin puisque ton engagement est pris pour voter pour elle, on écrit je voterai (sans le "s")

    avatar
    JEANPAIN -

    tu devrais lire ça te rendrais intelligent...........

  • avatar
    PIKAVIA -

    Et alors E. Macron n'est en aucun responsable.Il faudrait que certaines personnes fassent travailler leurs méninges. Les appels d'offres et le choix ne lui appartenaient en aucun cas. Alors bon trouver autre chose .

    avatar
    JEANPAIN -

    le maire d'Hayange a été interpelé son crime avoir acheté Français, il est le maire, il est responsable, un ministre doit l'être aussi..........

  • avatar
    dillico -

    C'était sûrement "un diner de cons..."

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]