La parité, enjeu économique, selon l'OIT

La parité, enjeu économique, selon l'OIT©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 15 juin 2017 à 09h10

La parité homme-femme au travail est un enjeu sociétal mais aussi économique... D'après un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) dévoilé ce jeudi, réduire l'écart des taux d'activité entre les deux sexes de 25% d'ici à 2025 - comme s'y est engagé le G20 en 2014 - permettrait d'augmenter l'emploi mondial de 189 millions de postes et engendrerait une hausse du PIB mondial de 3,9% en huit ans.

Quels bénéficiaires ?

Les pays présentant actuellement les écarts les plus importants (l'Afrique du Nord, les États arabes et l'Asie du Sud) seraient les premiers bénéficiaires, en termes de croissance, alors que les créations d'emplois augmenteraient davantage dans les pays émergents.

Pour autant, précise l'OIT, "la croissance moyenne annuelle du PIB de l'Amérique du Nord et de certaines parties de l'Europe gagnerait un quart de point de pourcentage, ce qui n'est pas négligeable à une époque de faible croissance économique". La parité permettrait en particulier d'augmenter les recettes fiscales des pays.

D'importants écarts demeurent

Du chemin reste cependant à parcourir. En 2017, le taux d'activité mondial des femmes, qui s'élève à un peu plus de 49% "est inférieur de presque 27 points de pourcentage à celui des hommes", souligne le rapport. Il s'élève même à 31 points de pourcentage dans les pays émergents et dépasse les 50% dans les États arabes, l'Afrique du Nord et l'Asie du Sud.

Quand bien même les femmes parviennent à s'insérer sur le marché du travail, les emplois de qualité se font plus rares que chez les hommes. Elles réalisent notamment plus d'heures non rémunérées et exercent moins longtemps, "soit parce qu'elles choisissent de travailler à temps partiel, soit parce que c'est la seule possibilité qui leur est offerte". Ainsi, en 2015, au sein de l'UE, le temps partiel subi - moins de trente heures par semaine - représentait 8,2% de l'emploi total pour les femmes, contre 2,6% pour les hommes.

 
0 commentaire - La parité, enjeu économique, selon l'OIT
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]