La présidente de la Fed peine à convaincre Wall Street

La présidente de la Fed peine à convaincre Wall Street©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 11 février 2016 à 08h04

La présidente de la Réserve fédérale américaine a fait de son mieux hier pour tranquilliser les marchés financiers, sans pourtant vraiment convaincre les marchés... Janet Yellen, qui était auditionné par la Commission financière de la Chambre des représentants, a ainsi répété que si la Fed observait bien une montée des risques sur la croissance, elle continuait néanmoins de tabler sur la poursuite d'une croissance économique "modérée" aux Etats-Unis. 

La banque centrale américaine "surveille de près les développements économiques et financiers dans le monde", mais elle continue de se placer dans une logique de remontée progressive des taux d'intérêts directeurs aux Etats-Unis, a-t-elle poursuivi. Pour autant, la Fed estime que "les conditions économiques vont évoluer de telle façon que seulement une hausse graduelle des taux sera requise", a-t-elle répété. Rappelons que la banque centrale US avait mis fin en décembre à 7 ans de taux proches de zéro, en relevant d'un quart de point son principal taux directeur, désormais fixé dans une fourchette de 0,25%-0,50%.

Pas nécessaire d'abaisser à nouveau les taux directeurs

Mercredi, Mme Yellen a souligné que "même s'il existe toujours un risque de récession (...) je ne pense pas qu'il sera nécessaire de baisser les taux", soit à nouveau proche de zéro, soit en territoire négatif. La patronne de la Fed a souligné que l'évolution des taux dépendra des données futures, laissant entendre que la hausse pourrait être plus lente qu'initialement attendue, afin de s'adapter aux conditions de marché plus nerveuses.

Les propos de Mme Yellen ont été perçus de façon mitigée à Wall Street : à la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,6%, tandis que l'indice large S&P 500 a fini stable (-0,02%) et que le Nasdaq, riche en valeurs "technos" a repris 0,35%. Sur le marché des changes, l'euro, qui a fait figure de valeur-refuge, et était remonté mardi au-dessus de 1,13$, a très légèrement reflué face au dollar, ce dernier profitant du discours équilibré de Mme Yellen sur la conjoncture américaine. La devise européenne cède ainsi 0,1% à 1,1290$...

Il est cependant un peu trop tôt pour savoir si les places financières ont trouvé leur point bas, après les secousses de ces dernières semaines. Une série de mauvais indicateurs chinois, la fuite des capitaux de Chine, le plongeon du cours du pétrole et des statistiques mitigées aux Etats-Unis ont déclenché une quasi-panique sur les marchés mondiaux. Les secteurs de la banque, de l'énergie, des "technos" et des "biotechs" ont été particulièrement maltraités depuis le début de l'année...

La crainte d'une nouvelle récession flotte toujours

Aux Etats-Unis, les résultats d'entreprises du 4ème trimestre 2015 ont montré que les ventes des multinationales souffraient de la mauvaise conjoncture dans certains pays émergents, ainsi que de la vigueur du dollar. Les analystes financiers ont donc revu en baisse leurs prévisions de résultats pour les prochains trimestres, et certains économistes prévoient même une nouvelle récession aux Etats-Unis...

Selon le courtier Bank of America-Merrill Lynch (BofA-ML), les chances de voir les Etats-Unis tomber en récession au cours de l'année à venir ont légèrement augmenté dernièrement, passant de 15% à 20%. Une nouvelle grande récession, comme celle subie par lors de la crise financière de 2007-2009, est toutefois "peu probable", estime BofA-ML.

Dans ce contexte, les investisseurs se sont massivement dégagés des actions depuis le début de l'année pour se réfugier vers des valeurs jugées plus sûres, à savoir les obligations souveraines de certains Etats (Etats-Unis, Allemagne..), l'or, et les monnaies comme l'euro et le yen...

 
0 commentaire - La présidente de la Fed peine à convaincre Wall Street
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]