La révolution numérique peut-elle solutionner l'échec scolaire ?

La révolution numérique peut-elle solutionner l'échec scolaire ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 07 mars 2016 à 12h42

L'éducation au numérique serait-elle la clé de résolution des inégalités à l'école ? C'est en tout cas la thèse défendue par l'Institut Montaigne dans un rapport remis ce lundi, alors que la révolution digitale est en train de modifier profondément notre économie. La France peine depuis quelques années à atteindre son idéal "d'égalité des chances". Pire, on accuse parfois l'école d'encourager le creusement des inégalités. Or, pour les auteurs de ce document, "toute ambition à grande échelle en termes d'égalité des chances impose d'agir le plus tôt possible". Chaque euro consacré à un jeune enfant, permettrait d'en économiser huit plus tard.

Les écrans ont envahi les foyers

Mais pourquoi, faut-il miser sur le numérique ? Le rapport souligne d'abord que "les écrans font (déjà) pleinement partie du quotidien de nos enfants". "Un enfant de dix ans passe davantage de temps devant des écrans (en moyenne 2 heures 50 par jour, soit plus de 1.000 heures par an que sur les bancs de l'école (864 heures par an)". L''école apparaît en décalage avec cette réalité puisque "moins de 0,5% des dépenses faites en faveur d'un élève français sont dédiées au numérique, c'est six fois moins que la moyenne mondiale". Or, l'Institut Montaigne en est persuader : dès les cycles 1 et 2 (maternelle, CP, CE1 et CE2), le numérique peut constituer un formidable outil "pour augmenter le temps d'apprentissage réellement disponible pour les enseignants" et pour "réduire les ferments de l'échec scolaire, grâce à une acquisition plus systématique et efficace des savoirs fondamentaux". Au cycle 3 (CM1 / CM2), il peut-être envisagé comme "un nouveau savoir fondamental".

Les recommandations

Si le rapport reconnaît que, depuis les années 80, les gouvernements successifs ont mené plusieurs plans numériques, il rappelle que la révolution ne se limite pas à l'entrée des outils dans les salles de classes. "Les fondements de la pédagogie n'ont pas véritablement été modifiés par cette pénétration", peut-on lire. Pour l'Institut, il est temps d'effectuer ce virage : "l'Éducation nationale, premier acteur de la formation en France et premier budget de l'État, est face à une opportunité historique", plaident-ils.
 
Le rapport préconise ainsi de mener des expérimentations sous l'égide d'une fondation pour la recherche à but non lucratif. Il recommande par ailleurs d'équiper en priorité les écoles où le taux d'échec est le plus élevé, l'objectif étant de faire du numérique un objet de remédiation. Le temps, hors-scolaire devrait également être mis à profit pour capter 15% du temps passé par les enfants devant les écrans, en le consacrant à des contenus numériques pédagogiques. Parallèlement, les enseignants devront être inciter à l'innovation. Pour cela, le think-tank recommande de favoriser les stages en entreprises, ainsi que la possibilité d'avoir une activité parallèle via le statut d'autoentrepreneur notamment.

 
0 commentaire - La révolution numérique peut-elle solutionner l'échec scolaire ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]