La visite de Donald Trump en Grande-Bretagne fait débat

La visite de Donald Trump en Grande-Bretagne fait débat©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 31 janvier 2017 à 16h56

La visite d'Etat de Donald Trump en Grande-Bretagne fait beaucoup de bruit, même si l'invitation n'a été remise officiellement que la semaine dernière, et qu'aucune date n'est encore fixée. La venue du président américain n'aura pas lieu "avant des mois" et aucun programme ne fait pour l'instant l'objet de discussions concrètes avec Washington, a réagi mardi la porte-parole de Theresa May.

L'invitation, qui émane de la reine Elizabeth, a été remise par la Première ministre britannique lors de son entretien à la Maison blanche avec le nouveau président des Etats-Unis.

Mais la visite de Donald Trump suscite de vives réactions, surtout depuis la signature de son décret anti-immigration vendredi. Pourtant, Downing Street a confirmé que Theresa May ne retirerait pas son invitation au président américain car elle cette dernière était "essentiellement dans l'intérêt national", selon la presse britannique.

Pétition contre pétition

Mardi après-midi, une pétition mise en ligne pour réclamer l'annulation de cette visite d'Etat avait recueilli 1,68 million de signatures. Les députés de la Chambre des communes en débattront le 20 février, puisqu'elle a dépassé la barre des 100.000 personnes. "La misogynie et la vulgarité bien connues de Donald Trump le rendent inapte à être reçu par la reine ou le prince de Galles. Donald Trump ne devrait donc pas être invité au Royaume-Uni pour une visite d'Etat officielle", ont écrit les auteurs du texte.

Le même jour, les parlementaires débattront aussi d'une deuxième pétition, celle-ci en faveur du maintien de la visite d'Etat, qui a été signée jusqu'à présent par plus de 100.000 personnes.

"Nous en sommes à des mois"

"Pour ce qui est du programme de cette visite d'Etat, tout devra être travaillé en temps voulu. Nous en sommes à des mois", a-t-elle ajouté. Selon le protocole, une visite d'Etat en Grande-Bretagne implique nécessairement une réception royale et un banquet offert par la souveraine.

Le décret du président américain interdit pendant 90 jours l'accès du territoire américain aux ressortissants en provenance d'Iran, d'Irak, de Libye, de Somalie, de Syrie, du Soudan et du Yémen, pendant 120 jours l'accueil de tout réfugié aux Etats-Unis, et suspend sine die l'accueil de tous les réfugiés syriens.

 
1 commentaire - La visite de Donald Trump en Grande-Bretagne fait débat
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]