Le budget des étudiants français reste très serré

Le budget des étudiants français reste très serré©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 08 décembre 2016 à 15h13

Dépenses importantes, petits boulots, fatigue... L'Observatoire de la vie étudiante (OVE, sous tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur), a publié jeudi sa dernière enquête sur les conditions de vie des étudiants, 60.700 d'entre eux ayant répondu à son enquête.

Ils restent globalement contents de leurs études : 60% se déclarent satisfaits ou très satisfaits et seulement 11% se disent insatisfaits. Ils sont aussi relativement confiants sur leur avenir, puisque 56% des jeunes inscrits en master estiment avoir de bonnes ou de très bonnes chances d'insertion en France contre 50 % en 2013.

Petit boulot et budget serré

Cette enquête montre que les étudiants ont de plus en plus recours à un petit boulot. En 2016, les revenus d'activités apparaissent comme la principale ressource (33%), suivie des aides publiques (31%) et des aides de la famille (25%). Ces aides des proches ont nettement baissé, puisqu'elles étaient la principale ressource en 2013, à 30%.

Le budget reste très serré : 23% des répondants estiment connaître des difficultés financières importantes ou très importantes, contre 45% qui disent ne pas en avoir. "Ces estimations restent à peu près au même niveau qu'en 2013, même si l'on note une légère baisse de la proportion d'étudiants se jugeant en difficultés financières importantes (25 % en 2013)", indique l'Observatoire.

Plus de dépenses de logement

Comme en 2013, un tiers des étudiants vivent chez leurs parents et un tiers en location, seul ou en couple. Parmi les autres modes de logement, la colocation et le logement en résidence universitaire restent également stables concernant respectivement 11% et 12% des étudiants. Ce poste de dépense reste le plus important avec en moyenne 401 euros de dépenses de loyer et 85 euros de frais liés au logement.

Sans surprise, les étudiants ont dû faire faire face aux augmentations les plus importantes en  région parisienne et tout particulièrement à Paris (+ 40 euros entre 2013 et 2016) et en petite couronne (+ 61 euros). C'est d'ailleurs à Paris que la proportion d'étudiants se déclarant insatisfaits du prix de leur logement est la plus importante (29% contre 20% dans l'ensemble).

Epuisement et stress

L'observatoire de la vie étudiante montre par ailleurs que près des deux tiers des étudiants se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur état de santé et seulement 10% d'entre eux (11% en 2013) se déclarent insatisfaits. C'est sur le plan psychologique que des difficultés sont apparues au cours des trois dernières années, avec une amplification du mal être depuis 2013. Les jeunes interrogés déclarent fréquemment ressentir des états d'épuisement (53% des hommes et 67% des femmes), de stress (49% des hommes et 69% des femmes) et rencontrer des problèmes de sommeil (40% des hommes et 50% des femmes). De même, 37% des étudiantes et 27% des étudiants déclarent également s'être sentis déprimés la semaine précédant l'enquête.

 
0 commentaire - Le budget des étudiants français reste très serré
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]