Le mariage Alstom-Siemens sur les rails avant mercredi ?

Le mariage Alstom-Siemens sur les rails avant mercredi ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 25 septembre 2017 à 23h30

Le mariage annoncé depuis plusieurs jours entre Alstom et Siemens semble entrer dans ses derniers préparatifs. Selon la presse, les deux groupes réuniront ce mardi leurs conseils, de surveillance pour l'allemand et d'administration pour le français.

Selon l'agence 'Reuters', le conglomérat allemand devrait choisir à cette occasion Alstom plutôt que le canadien Bombardier pour fusionner avec ses activités ferroviaires. Une annonce pourrait intervenir dès mardi soir ou à défaut, mercredi, selon les sources. En outre, un conseil d'administration du groupe Bouygues, serait lui aussi prévu mardi matin. Bouygues détient 8,3% du capital d'Alstom et est propriétaire de 20% supplémentaires prêtés à l'Etat français en 2014 pour faciliter la cession à General Electric des activités d'Alstom dans l'énergie.

Un accord sur le maintien de l'emploi pendant 4 ans ?

Selon deux sources citées par 'Reuters', l'Etat n'exercera pas son option d'achat sur ces 20% au prix du marché, qui expire le 17 octobre.

Rappelons qu'Alstom avait confirmé vendredi soir l'existence de discussions avec Siemens, relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens. Aucune décision finale n'a encore été prise, avait ajouté Alstom.

A l'issue de l'opération, Siemens devrait détenir entre 45% et 50% de la future entité, et l'accord contiendrait un engagement de maintien de l'emploi en France pour une durée de quatre ans. Selon la presse, la présidence du conseil de surveillance de cet "Airbus du rail" reviendrait à Siemens, tandis que le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, conserverait la tête du directoire. Selon le site internet des 'Echos', le siège du nouvel Alstom devrait rester en France, tout comme les centres de R&D qui y sont déjà.

Contrer l'irruption de la concurrence chinoise en Europe

Une fusion d'Alstom avec la division Siemens Mobility permettrait de donner naissance à un poids lourd franco-allemand de 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, à peu près la moitié des revenus affichés par le chinois CRRC, dont les ambitions européennes ont hâté le processus de concentration du secteur.

Le scénario d'un rapprochement entre Alstom et Siemens avait déjà été évoqué en 2014-2015, mais il avait alors avorté. Depuis, les paramètres ont changé : Alstom a cédé son pôle énergie à l'américain General Electric, tandis que le chinois CRRC (China Railway Rolling Stock Corporation) a fait irruption sur le marché européen, mettant sous pression les trois groupes qui y sont actifs, à savoir Siemens, Alstom et Bombardier.

A la Bourse de Paris, les actions d'Alstom (+1,27%) et de son actionnaire Bouygues (+0,7%) ont profité lundi de ces rumeurs, tandis que l'action Siemens a reculé de 0,4% à la Bourse de Francfort.

 
2 commentaires - Le mariage Alstom-Siemens sur les rails avant mercredi ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]