Le patron d'Air France KLM revient sur la rémunération des dirigeants

Le patron d'Air France KLM revient sur la rémunération des dirigeants©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 03 mars 2017 à 10h33

Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France KLM, revient vendredi dans un entretien accordé au 'Parisien', à la polémique liée aux salaires des dirigeants du groupe, relayée par les syndicats. Un cafouillage qui tombe mal, à quatre jour d'une grève des personnels au sol d'Air France, pour peser sur les négociations salariales.

La direction a annoncé la semaine dernière une hausse de 67% du salaire des membres du comité exécutif en 2016, puis de 41%, avant de revoir le montant à 17,6%. "Il y a eu une succession d'erreurs", explique Jean-Marc Janaillaic, évoquant des chiffres arrondis qui "donnaient l'impression d'une augmentation importante, de plus de 60%". Selon lui au final, l'évolution est donc bien de 17,6%.

"Un vrai gâchis"

"Mais attention, il ne s'agit pas d'une augmentation de la rémunération des membres comex", précise-t-il. "Il y a dans le comex de 2016 des membres qui ne sont pas les mêmes qu'en 2015, dont certains sont mieux payés. Au final, en 2016, leur rémunération individuelle a augmenté d'un peu plus de 5 %, liée à la part variable qui a progressé parce que les résultats ont été positifs", indique le dirigeant.

"Cette histoire m'a beaucoup agacé et peiné", regrette Jean-Marc Janaillac. "C'est un vrai gâchis. Maintenant, il faut être de bonne foi, l'explication a été apportée ; désormais, tout le monde doit retrouver son calme."

Boost

Interrogé sur le vote des pilotes en faveur de la création de la nouvelle compagnie, Boost, alors que leur syndicat majoritaire, le SNPL, appelait au non, Jean-Marc Janaillac estime que c'est "le désir de trouver un accord pour sortir l'entreprise du blocage et du risque de déclin. Le résultat du référendum va au-delà de ce qui était attendu".

 
3 commentaires - Le patron d'Air France KLM revient sur la rémunération des dirigeants
  • avatar
    FelixM -

    Relativisons cette augmentation.
    800 000 euros, bruts, annuels, pour 15 personnes.
    Soyons généreux et donnons cette somme au personnel du groupe Air France.
    Pour un effectif d'un peu moins de 100 000 (environ 93 000), cela correspondrait à une prime, pour l'année, de 8 euros brut. Cela justifie-t-il le barouf constaté sur cette affaire ?
    Soyons encore plus généreux et demandons à ces 15 personnes du comité directeur de ne pas toucher un seul euro dans l'année pour leur travail (dur à avaler !). Cela, très irréaliste, aboutirait à une prime annuelle de 40 euro bruts.
    Rappelons que l'intéressement a été en 2016, pour le personnel du groupe, de 77 millions d'euros. Cent fois cette augmentation si décriée.

  • avatar
    pierreponce -

    Il y a encore beaucoup de ménage à faire en France au sujet de ces salaires mirobolants dont profitent les dirigeants et consorts des grandes entreprises........tout comme ceux de certains sports d'ailleurs.....certains gagnent en un seul jour ce qu'un ouvrier n'arrive pas à gagner en une année .......Et pourtant nos dirigeants laissent faire comme si cela était normal ! Il faut des affaires comme celle de Fillon actuellement pour que "l'on pense à modifier " les privilèges ........c'est ceux-là mêmes qui pleurent et nous préviènnent de ne pas tomber dans le populisme !

  • avatar
    Mafiosi -

    Fuir cette action, il y a mieux ailleurs ..................;;

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]