Le taux de chômage en France atteint son plus bas niveau depuis 2012

Chargement en cours
 Une agence de pôle emploi, le 27 avril 2017 à Lille

Une agence de pôle emploi, le 27 avril 2017 à Lille

1/2
© AFP, PHILIPPE HUGUEN
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 18 mai 2017 à 11h38

Le chômage a continué de reculer au début de l'année 2017, atteignant son plus bas niveau depuis 2012, signe que François Hollande a laissé à Emmanuel Macron un marché de l'emploi qui "va mieux" comme le président sortant l'affirme, même si la situation reste fragile.

Le taux de chômage a baissé de 0,4 point au premier trimestre 2017, pour s'établir à 9,3% de la population active en métropole et 9,6% pour tout le pays, a annoncé l'Insee jeudi. Cet indicateur, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), seules reconnues à l'international, retrouve son niveau du début de mandat de Hollande en métropole (9,3% au 2e trimestre 2012), et est même inférieur en France entière (9,7% au 2e trimestre 2012). 

Au sens de l'Insee, le chômage n'a donc pas augmenté sur l'ensemble du quinquennat Hollande. La décrue du premier trimestre intervient après deux années consécutives de légère baisse (notamment -0,2 point en 2016).

L'institut national de la statistique a comptabilisé 2,7 millions de chômeurs en France métropolitaine, soit une diminution de 115.000 sur le premier trimestre. Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi, lui, s'élevait fin mars à 3,51 millions après avoir enregistré l'une des pires hausses mensuelles du quinquennat Hollande pour cet indicateur, réputé plus volatil que celui de l'Insee mais davantage commenté.

Après le coup dur de mars, le recul du taux de chômage annoncé jeudi vient donc conclure sur une note plus douce le mandat de l'ex-président, dont la promesse d'inversion de la courbe a fini par se concrétiser avec trois ans de retard. 

"Que le nombre de demandeurs d'emploi soit encore trop élevé, personne ne peut le contester. Mais je le dis sans sourciller: nous vous passons les commandes d'un pays qui se porte bien mieux qu'il y a cinq ans", a déclaré mercredi l'ex-ministre du Travail, Myriam El Khomri, en passant les clés de son ministère à Muriel Pénicaud. 

"Finalement Hollande a gagné son pari", analyse l'économiste Philippe Waechter, de chez Natixis, selon lequel le marché du travail "s'améliore clairement" grâce à une "conjoncture porteuse".

"L'inversion a bien eu lieu, avec une baisse quasi ininterrompue depuis la mi-2015 qui semble cohérente avec l'accélération des créations d'emploi", abonde Bruno Ducoudré, de l'OFCE.    

- Hausse du "halo" du chômage -

Le chômage reste néanmoins massif et le marché de l'emploi fragile. Malgré une nette reprise des créations d'emploi privé depuis deux ans (198.300 sur la seule année écoulée), le secteur marchand est encore en-deçà de son niveau d'avant la crise de 2008 et donc insuffisant, en raison du dynamisme de la population active, pour faire baisser significativement le fléau.

Emmanuel Macron vise un taux de 7% de chômage en 2022. Pour Philippe Waechter, l'enjeu de des réformes à venir est "d'accroître la réactivité du marché du travail à l'embellie conjoncturelle". 

La décrue enregistrée a d'abord profité aux jeunes (-1,5% sur le trimestre, -2,6% sur un an), puis aux personnes de 25 à 49 ans (-0,4% sur le trimestre, -0,6% sur un an) mais le chômage est resté stable pour les 50 ans et plus, détaille l'Insee. 

Quant au chômage de longue durée, il a frappé 4,1% de la population active, en très léger recul (-0,1% par rapport au trimestre précédent, et -0,2% sur un an): au total, 1,2 million de personnes déclarent rechercher un emploi depuis au moins un an.

Signe plus inquiétant: le "halo du chômage" a augmenté de 20.000 personnes au premier trimestre et de 58.000 sur un an: au total 1,5 million de personnes souhaitent travailler mais ne sont pas comptabilisées comme chômeurs au sens du BIT car elles ne cherchent pas activement un emploi, notamment par découragement, ou ne sont pas disponibles immédiatement pour travailler.

Le nombre de personnes en sous-emploi, principalement des personnes à temps partiel qui souhaiteraient travailler plus, est demeuré stable au début de l'année (6,2%), et a légèrement reflué sur un an (-0,2%). En revanche, le taux d'emploi en CDD ou en intérim augmente (7,8%), soit +0,3 point au premier trimestre, +0,5 sur un an.

 
529 commentaires - Le taux de chômage en France atteint son plus bas niveau depuis 2012
  • Claquepochette -

    S'il est des mauvais chômeurs, il en est une grande majorité qui souhaitent travailler ! Etre en recherche d'emploi, c'est être esclave et être en permanente impossibilité de projets petits ou grands. Nombres d'offres sont de l'intérim, du bouche trou, du dispo dans l'heure et jeter le lendemain ou 3 jours plus tard. Des jours d'attente encore et encore... Sans oublier les caricatures d'organisme de formation de Pole Emploi qui piègent (organisation d'une "balade" en petit train touristique de 4 h pour le grand plaisir des "recruteurs" estimant qu'un entretien d'embauche peut se dérouler sereinement dans de telles conditions.... Ca m'indigne, les personnes qui se permettent de porter un jugement sur les gens en mal de recherche d'emploi. Et il y a surtout lieu de dénoncer ces emplois gamelles, téléconseil et plateforme, où en première ligne, des tas de jeunes se font démolir et se font jeter pour être remplacer pas d'autres....

  • zampi2 -

    Hollande n'était finalement pas si mauvais que ça, surtout si l'on tient compte de l'allongement à 62 ans de la retraite, qui a provoqué 400.000 chômeurs de plus!

  • Adrenaline -

    Le chômage baisse ou il y a plus de radiations ? J'en profite pour dire que la plupart de nos politiques prennent le fameux modèle allemand , sauf qu'en Allemagne il y a de plus en plus de travailleurs pauvres ....(Hormis naturellement dans les industries
    automobiles ou celles de la chimie comme BASF , les fabriques de machines outils etc etc ....)

    Avec le Roi Macron qui rêve d'instaurer un smic jeune , en plus d'encourager les patrons à recruter du personnel kleenex ...Bref, ce n'est pas encore demain que les jeunes auront leur indépendance financière .........Sauf pour celles et ceux qui fréquentent /ou ont fréquenté les grandes écoles .....Comme par exemple l'ENA où tous les diplômés "ées" sont casés Mdr !

  • Floydsyd56 -

    eh bien Mr Macron va mettre en place l'offre raisonnable d'emploi pour de bon hein
    comme en Angleterre...
    parce que le demandeur qui refuse l'offre parce qu'il à mal à la jambe, parce qu'il a piscine,
    parce que c'est trop loin, parce c'est trop dur, parce que c'est pas assez payé, parce qu'il y a pas
    assez de congés, parce c'est salissant, parce..et j'en passe.

    president37 -

    ok bravo

    Floydsyd56 -

    c'est triste mais c'est comme c'à.
    dans les usines agro-alimentaire, il y a des embauches dans notre région
    seulement ce sont les étrangers qui prennent les postes pas les Français
    alors il faut poser les bonnes questions et ton commentaire "ok bravo"
    c'à c'est du commentaire..franchement c'à fait avancer...

  • paulo75 -

    Quant on lis les commentaires, je pense que le très bon gouvernement en place, ne devrait plus rien communiquer; beaucoup sont trop ignares pour comprendre.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]