Les 35 heures ont-elles favorisé l'emploi ?

Les 35 heures ont-elles favorisé l'emploi ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 18 juillet 2016 à 15h09

Les "lois Aubry" de 1998 et 2000, qui ont instauré les 35 heures, ont permis de créer 350.000 postes "sur la période 1998-2002", selon un rapport de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) resté dans les tiroirs, mais que 'Mediapart' et 'Le Monde' révèlent lundi.

Les auteurs, deux inspecteurs des affaires sociales, se sont appuyés sur une étude de la direction des statistiques du ministère du travail (Dares), et une autre de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). "Ce chiffre n'est aujourd'hui plus tellement remis en question" , affirment-ils, cités par 'Le Monde', même si la mesure de l'impact des "lois Aubry" constitue "l'enjeu d'une vive bataille idéologique". La barre des 350.000 emplois créés a également été évoquée dans un récent rapport parlementaire.

Rien d'exceptionnel

Toujours selon les auteurs de ce document d'une centaine de pages, les 35 heures n'ont pas pesé sur l'économie française. Ils estiment que la pays a su maîtriser ses coûts salariaux, et que s'il a enregistré des "pertes de parts de marché, (...) elles n'ont rien d'exceptionnel par rapport aux autres pays européens ", abstraction faite de l'Allemagne, "et dans une moindre mesure" de l'Espagne.

Le rapport a été achevé au mois de mai, mais n'a as été transmis au gouvernement. 'Le Monde', qui a interrogé la direction de l'IGAS, indique que cette dernière n'a pas souhaité se justifier, expliquant simplement que "des travaux insuffisamment achevés ou présentant des faiblesses méthodologiques ne sont pas transmis par le chef de l'IGAS".

 
3 commentaires - Les 35 heures ont-elles favorisé l'emploi ?
  • avatar
    EddyDonmarcel -

    Il faut que l'on m'explique comment nous pouvons considérer les "35 heures" comme une réussite.
    La loi dite des "35 heures" a bien créée quelques emplois. Les plus optimistes disent 500.000.
    La réalité est semble t-il plus proche de 350.000.
    Mais combien coûtent les « 35 heures » ?
    C’est simple, 20 milliards d'€uro par an depuis sa création (Un peu moins au début et un peu plus maintenant).
    20 milliards (C'est pas des millions) ; en aides, abattements et exonérations payés par le contribuable.
    Un rapport rendu public de 2013 ou 2014 de COE-REXECODE (Le Centre d’Observation Economique et de Recherche pour l’Expansion de l’Economie et le Développement des Entreprises) en fait état.
    Ce rapport n’a jamais été contesté, même par la gauche, certainement par manque d’argument.
    Donc 20 milliards x 16 années (Depuis sa date de création) = 320 Milliards.
    320 milliards : 500.000 emplois créés = 640.000 €uros : 16 années = 40.000 €uro.
    40.000 € d’aides par emploi créé et par an, c’est considérable et disproportionné.
    Sachant que le revenu médian annuel des ménages en France est de l'ordre de 29.000 €uro, il y a quelque chose qui m’échappe dans cette logique.
    Et n’oublions pas les centaines d’entreprises Françaises qui ont licencié tout ou partie de leurs salariés à cause de la perte de compétitivité que cette loi a créée, parce que cette loi a créée une augmentation du coût du travail.
    Si cette loi, dite des « 35 heures », n’était pas abondamment financée avec de l’argent public, il n’y aurait jamais eu aucune création d’emploi, mais uniquement des destructions d’emplois.
    Les 35 heures n’ont jamais été une avancée sociale, c’est un appauvrissement de la France et donc des Français.
    Continuez à vouloir travailler de moins en moins, à vouloir des RTT, des bons salaires, la sécurité de l’emploi, des vacances, des loisirs, la sécurité sociale, une belle voiture, une grande maison, le dernier smart phone à la mode, etc, etc…
    Tout ça c’est bien beau et parfaitement légitime, mais ce n’est pas du tout rationnel, l’unique moyen d’améliorer son quotidien et d’accumuler de la richesse, c’est de travailler.
    Pour relancer notre économie, il faut aussi baisser le coût du travail, d’après l’IFRAP, la part des entreprises (Les entreprises seules, donc hors part des salariés) dans les cotisations sociales effectives (Les charges sociales) représente 11,6% du PIB soit 253 milliards d’€uro en 2015 (C’est 3,9% pour le Royaume Uni et 6,8% pour l’Allemagne).
    La part des entreprises dans le paiement des impôts et taxes représente 18,5% du PIB soit 403 milliards d’€uro en 2015 (C’est 8,6% pour le Royaume Uni et 10,2% pour l’Allemagne).
    En 2015, les entreprises Françaises ont donc payé en impôts, taxes et charges sociales 656 milliards d’€uro.
    Depuis la fin des années 60, les charges supportées par les entreprises Françaises n’ont jamais cessé d’augmenter, malgré toutes les aides accordées par les différents gouvernements, même en comptant le CICE et le pacte de responsabilité.
    C’est en baissant les charges sociales et en travaillant plus que l’ont créé obligatoirement des emplois.
    Mais ce raisonnement est trop simple et surtout pas très populaire auprès des gauchistes puisqu’ils croient tous que le travail est une maladie.
    C’est pourtant le cercle vertueux choisi par certains pays.
    Les pays qui ont fait des choix différents de la France sont les mêmes qui ont des entreprises qui grignotent tous les jours des parts de marché aux entreprises tricolores. Parce qu’il faut être objectif, ça va beaucoup mieux dans beaucoup de pays même si pour eux aussi c’est plus dur qu’il y a 40 ans.

  • avatar
    lacarpe56 -

    En Europe, seule la France est au 35 heures et c'est le pays avec un des plus forts taux de chômage. Qu'il me soit permis de douter de l'efficacité bénéfique des 35 heures sur le chômage.

  • avatar
    Vinegrollier -

    On réduit la durée du travail. Dans un premier temps on crée des emplois surtout improductifs en particulier dans la fonction publique.
    Dans un deuxième temps la compétitivité est réduite et cela conduit à la destruction d'emplois surtout du coté de ceux qui sont producteurs de richesses.
    Il s'agit d'une technique proche de la cavalerie financière qui se solde au bout compte par une faillite si personne n'intervient pour rectifier les effets néfastes du clientélisme.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]