Les agriculteurs maintiennent la pression, François Hollande tente de rassurer

Les agriculteurs maintiennent la pression, François Hollande tente de rassurer©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 23 juillet 2015 à 12h56

Malgré l'annonce d'un plan d'urgence qui contient plus de 20 mesures et représente un investissement de 600 millions d'euros, les agriculteurs maintiennent la pression sur le gouvernement. A l'approche d'un week-end de chassé-croisé sur les routes des vacances, les barrages se poursuivent, notamment en Rhône-Alpes. Bison Futé fait état ce matin d'importants bouchons dans la région. Pourtant, mercredi, la FDSEA du Calvados avait appelé à cesser le mouvement...

François Hollande à Dijon

Afin de tenter d'expliquer le bien-fondé du plan d'urgence, François Hollande se rendait ce matin à Dijon pour s'entretenir avec des organisations professionnelles agricoles à la préfecture avant de visiter un domaine viticole. "Nous voulons qu'il y ait non seulement la distribution qui fasse l'effort indispensable pour rémunérer les producteurs mais également les abatteurs et les transformateurs, qui doivent rendre des comptes sur ce qui est en cause dans la filière", a déclaré le Président de la République.

Rappelons que le plan prévoit notamment une action sur les prix, alors que les agriculteurs estiment que tous les acteurs n'ont pas respecté les engagements du 17 juin. Ils prévoyaient une revalorisation du prix payé aux agriculteurs.

Un plan de "court terme"

Invité ce matin sur le plateau d'Europe 1, le leader de la FNSEA, Xavier Beulin, a prédit de nouveaux mouvements dans les jours qui viennent, même si "notre message n'est pas d'ennuyer nos concitoyens qui partent en vacances", a-t-il fait valoir. Selon lui, le plan présenté hier ne répond pas aux réels enjeux, mais fait seulement office de pansement. Il permettra de "passer les prochaines semaines", a-t-il regretté. En outre, le plan n'est pas à la hauteur des enjeux, notamment en termes de compétitivité. "Il y 3 millions d'euros d'écart dans les coûts sociaux entre un abattoir allemand et un français", a rappelé Xavier Beulin.

 
0 commentaire - Les agriculteurs maintiennent la pression, François Hollande tente de rassurer
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]