Les entreprises françaises partent à la reconquête de l'Iran, avec prudence

Les entreprises françaises partent à la reconquête de l'Iran, avec prudence©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 21 septembre 2015 à 09h59

L'accord sur le nucléaire iranien trouvé cet été va ouvrir la voie à la levée des sanctions économiques - prévue au premier trimestre 2016 - qui pesaient jusqu'ici sur Téhéran. Alors que le pays représente un marché potentiel de 80 millions de personnes dont de nombreux jeunes, les entreprises françaises comptent bien tirer leur épingle du jeu. Ce week-end, pas moins de 150 dirigeants de sociétés tricolores se sont envolés vers l'Iran, en compagnie du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll et du secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, Matthias Fekl. Ces derniers inaugureront notamment mardi, un nouveau centre d'affaires.

Entre reconquête et prudence

Dans la délégation conduite par le Medef, organisation patronale, figurent aussi bien des PME que des sociétés du CAC40 dans les domaines de l'énergie (Total), l'automobile (Peugeot), l'aviation (Airbus) ou encore de l'agriculture ou du luxe. Rappelons que, pas plus tard que la semaine dernière, le groupe Accor a signé un partenariat pour l'ouverture de deux hôtels Ibis et Novotel à Téhéran. "Il faut maintenant passer à une reconquête", disait il y a huit jours Yves-Thibault de Silguy, vice-président de Medef international. Durant les négociations sur le nucléaire iranien, la France a en effet tenu une ligne dure, ce qui pourrait lui porter préjudice. Par ailleurs, les entreprises tricolores désireuses de s'installer ou de revenir en Iran devront se montrer prudentes et patientes. "Il y a encore des contraintes, notamment des problématiques de change. Le pays aujourd'hui n'est pas raccordé au système financier mondial. Les sanctions américaines n'ont pas été levées. Ce pays n'est pas encore totalement connecté au monde", a ainsi expliqué auprès de l'agence Reuters, le secrétaire général du groupe coopératif agricole Axéréal, Stéphane Michel.

 
0 commentaire - Les entreprises françaises partent à la reconquête de l'Iran, avec prudence
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]