Les impôts de Facebook en Grande-Bretagne devraient grimper

Les impôts de Facebook en Grande-Bretagne devraient grimper

Facebook silhouette

A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 04 mars 2016 à 16h30

Les impôts versés par Facebook au fisc britannique devraient grimper dans les mois à venir, alors que le réseau social se prépare à déclarer les recettes tirées de ses gros clients au Royaume-Uni, et non plus en Irlande, où se trouve son siège européen, et où la fiscalité est plus favorable. D'après la chaîne de télévision britannique BBC, qui a révélé l'information, de grandes entreprises comme Tesco, Sainsbury's, Unilever ou le groupe publicitaire WPP seraient concernées, à partir du mois d'avril, mais pas les clients de plus petites tailles, avec des bénéfices qui resteraient déclarés en Irlande.

Changement de politique

Facebook est au coeur des critiques outre-Manche, depuis l'annonce du montant de ses impôts sur les sociétés pour l'année 2014 : seulement 4.327 livres, soit environ 5.600 euros, alors que le pays est un des marchés les plus importants pour le groupe en dehors des Etats-Unis. Facebook profite d'un taux d'imposition de 12,5% en Irlande, contre 20% demandés par Londres. "La nouvelle structure est plus facile à comprendre et reconnaît clairement la valeur qu'ajoute notre organisation britannique à nos ventes, grâce à notre équipe hautement qualifiée et en pleine croissance au Royaume-Uni", écrit la direction pour expliquer ce changement de politique, dans une note interne qu'a pu consulter la BBC.

Pays important

La chaîne de télévision explique également que Facebook fait un peu de ménage dans le pays, alors que la société y emploie désormais 850 personnes, et construit un nouveau siège social à Londres. Une autre grande entreprise technologique américaine, Google, désormais filiale du groupe Alphabet, a soldé ses comptes avec le fisc britannique en début d'année, via un accord prévoyant le paiement de 130 millions de livres (172 millions d'euros) d'arriérés, couvrant les dix dernières années. Mais des spécialistes des questions fiscales ont dénoncé un "traitement de faveur", le montant versé par la multinationale étant très faible au regard de ses revenus.

 
0 commentaire - Les impôts de Facebook en Grande-Bretagne devraient grimper
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]