Les infirmiers, "en souffrance", en grève ce mardi 8 novembre

Les infirmiers, "en souffrance", en grève ce mardi 8 novembre

hôpital infirmières

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 08 novembre 2016 à 10h07

Afin de protester contre la dégradation de leurs conditions de travail et l'austérité budgétaire hospitalière, les professionnels et étudiants infirmiers du secteur public et privé sont appelés à faire grève et à manifester partout en France, ce mardi 8 novembre.

Revalorisation salariale et fin de l'austérité budgétaire

Les organisations s'opposent notamment au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 qui prévoit  de ramener le déficit du régime général à seulement 400 millions d'euros, contre -3,4 milliards d'euros à la fin de cette année, l'essentiel des efforts devant porter sur la branche maladie. "Ce budget d'austérité va de nouveau accentuer les inégalités sociales et sacrifier la notion même d'égalité d'accès aux soins", déplorent la CGT et FO dans un communiqué commun. Les syndicats redoutent d'importants licenciements, alors même que les infirmiers sont d'ores et déjà soumis à des cadences de travail soutenues.

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers SNPI CFE-CGC s'oppose également aux fermetures de lits (100.000 en 10 ans) et aux suppressions de postes des Plans de Retour à l'équilibre (PRE). En outre, les organisations syndicales réclament des revalorisations salariales "conformes au niveau de responsabilité des professionnels infirmiers", ainsi que la reconnaissance de la pénibilité de leur métier par un départ anticipé à la retraite.

Vague de suicides

Cet été, la souffrance des infirmiers a été médiatisée, suite à une vague de suicides."La majorité des soignants ressentent un fort sentiment d'abandon, pris entre les recommandations et le manque de moyens donnés pour les atteindre, tout en étant en première ligne, au chevet des patients. Votre politique et celle de vos prédécesseurs en sont clairement responsables", déplorait la coordination nationale infirmière dans une lettre ouverte adressée le 2 novembre dernier au Président, François Hollande, au Premier ministre, Manuel Valls, ainsi qu'à la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

 
4 commentaires - Les infirmiers, "en souffrance", en grève ce mardi 8 novembre
  • avatar
    Kalos -

    Depuis des années les infirmiers organisent des mouvements de grève pour clamer leur existence et leurs difficultés, toujours avec aussi peu de succès. A quoi bon faire grève ? ils n'ont jamais fait partie d'une quelconque promesse électorale. S'ils avaient l'aplomb de laisser tomber les patients et de déserter ensemble les hôpitaux, peut-être cela ferait-il son effet. Et encore : ce serait toujours de leur faute ! Mais le gouvernement sait bien que les soignants ne feraient jamais cela. Ils ont un tant soit peu la fibre humanitaire, c'est pour cela au fond qu'ils font ce travail. D'ailleurs, certaines spécialités soignantes sur notre territoire ont de sérieux airs de catastrophe humanitaire ! Les jeunes diplômés, de plus en plus mal préparés par une formation totalement inadaptée, se prennent ça en pleine face. Désolant !

  • avatar
    orchidette -

    Et les retraités pas augmentés depuis 5 ans

  • avatar
    sido2 -

    Comme les policiers, les gendarmes, cette corporation n'a pas bénéficié des attentions salariales de notre président et de son gouvernement comme cela a été le cas pour les enseignants .
    Il faudra qu'ils apprennent à mieux voter ...

  • avatar
    lef75 -

    Ils sont les otages des gens payaient pour organiser l'austérité, des gens qui n'ont jamais fait un soin et qui viennent vous imposez d'utiliser un certain de nombre de compresses par soin ... et avec l'économie réalisée, on jette l'argent par la fenêtre en décoration de bureau et autres futilités !!!

    C'est un peu comme si les IDE débarquaient à Bercy et imposer une boîte d'agrafes par service et par an !!!

    Les économies de bouts de Chandelle comme ça servent juste à pourrir la vie du personnel pendant que d'autres vivent la vie de château en sachant pertinemment que le budget est serré !!!

    D'ailleurs dans les écoles on forme mais y a pas la moindre garantie de trouver du travail une fois diplômé car on préconise le non remplacement du personnel ...

    Des services surchargés avec moins de personnel et une pénurie de matériel, un peu comme à la Justice ... et finalement tous les Ministère !

    Enfin, le principal est que nos amis politiques, les grands sauveurs de l'humanité, ne manquent de rien !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]