Les multiples facettes de l'emploi saisonnier en France

Les multiples facettes de l'emploi saisonnier en France©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 22 juillet 2016 à 11h59

Serveur, ouvrier agricole, agent d'accueil... En pleine période estivale, les petits jobs ont la cote, et c'est à cette occasion que 'France Stratégie' - organisme rattaché au Premier ministre - dévoile un état des lieux de l'emploi saisonnier en France. Car contrairement aux idées reçues, nombreux sont ceux qui en vivent à l'année.

Activités liées au tourisme et à l'agriculture

Selon les estimations de l'organisme, le nombre d'emplois saisonniers s'établirait à au moins 500.000 en France, "600.000 si l'on y ajoute les emplois de vendanges, voire 700.000 si l'on intègre ceux de la fonction publique territoriale", ce qui est "loin d'être négligeable". En outre, cette année, les entreprises prévoient 742.000 recrutements saisonniers, "soit plus de 40% de l'ensemble des recrutements anticipés pour cette année".

Sans surprise, ces contrats saisonniers sont liés pour la plupart à des activités touristiques ou agricoles : 100.663 projets concernent des "viticulteurs, arboriculteurs salariés, cueilleurs", 53.683 recruteurs sont à la recherche d'agriculteurs salariés, ouvriers agricoles et 53.253 souhaitent embaucher des cafetiers ou restaurateurs. "En cohérence avec les métiers identifiés, les zones littorales, les zones de production agricole et viticole et les zones de montagne sont particulièrement concernées par ce type d'emploi", ajoutent les auteurs.

Quels profils ?

'France Stratégie' distingue plusieurs types d'employés saisonniers, à commencer par les jeunes de moins de 25 ans, étudiants à la recherche d'un "job d'été", "les saisonniers de complément, employés pour des contrats très courts lors des périodes de vacances, dans l'administration ou les services à la personne principalement, exercent une activité identique à celle exercée le reste de l'année", mais aussi les saisonniers agricoles qui enchaînent les contrats et enfin "les grands saisonniers". Pour ces derniers, "il s'agit plutôt d'un mode de vie 'choisi'". Ils sont plus âgés et réalisent des contrats plus longs, dans des secteurs comme le commerce et l'industrie.

Sécuriser les parcours

Pour ceux qui en vivent à l'année, le contrat saisonnier est synonyme de grande précarité. L'organisme rappelle par exemple que la prime de précarité n'est pas due, ce qui "amplifie la nécessité de mettre en place des dispositifs de sécurisation des parcours individuels", notamment via des formations spécifiques ou la titularisation des saisonniers.

 
0 commentaire - Les multiples facettes de l'emploi saisonnier en France
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]