Les pilotes de Hop! poursuivent la grève, une partie des vols perturbés

Les pilotes de Hop! poursuivent la grève, une partie des vols perturbés

Les pilotes de Hop!, filiale d'Air France, dénoncent leurs conditions de travail

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 16 juillet 2017 à 15h54

Les pilotes de Hop!, filiale d'Air France, poursuivaient ce week-end leur première grève pour leurs conditions de travail, la compagnie tablant de son côté sur le maintien de 87% des vols court et moyen-courrier du groupe dimanche et lundi.

Démarrée jeudi à l'appel de deux syndicats totalisant 73% des voix (SNPL et FUC), la grève est prévue jusqu'à mardi inclus. Les perturbations concernent uniquement les avions régionaux de Hop!, une entité juridique parfois confondue avec la marque commerciale "Hop! Air France" qui rassemble tous les vols court et moyen-courrier d'Air France.

Pour les trois prochains jours, près de 27% des grévistes sont recensés par la compagnie, contre 26% vendredi et samedi. Une centaine de vols sont annulés dimanche, selon son site internet.

Le mouvement "est un grand succès" a assuré à l'AFP Armand Simon, président du SNPL Hop!, majoritaire chez les pilotes (57%).

Le trafic devait rester normal pour les avions de type Airbus et les vols Navette (liaisons entre l'aéroport parisien d'Orly et les villes de Nice, Bordeaux, Toulouse et Marseille, ndlr).

C'est la première fois qu'une grève touche les cockpits de la jeune filiale d'Air France qui a absorbé les anciennes compagnies régionales Airlinair, Brit Air et Regional.

La fusion, effective depuis avril 2016, a rendu caducs les accords sociaux précédents, entraînant l'élaboration d'une convention unique.

La direction est parvenue à un accord avec le SPL (23% des voix pilotes), mais les négociations ont échoué avec le FUC (16%) et, surtout, avec le SNPL, en raison principalement de désaccords sur les conditions de travail.

Par exemple, la compagnie veut pouvoir "modifier notre planning sans limite jusqu'à 48 heures avant", alors que chez Air France, "le planning est publié 30 jours avant et est stable", explique M. Simon, réclamant un "juste milieu".

La possibilité de poser "des congés extraordinaires" ou encore des garanties sur le nombre de week-ends travaillés d'affilée font également partie des revendications des pilotes, "fatigués" et confrontés à une "pénurie d'effectifs".

Dans son dernier communiqué publié vendredi, le SNPL assure toutefois demeurer "à la disposition de la direction si celle-ci venait à faire le choix de l'apaisement".

ac/db/spi

 
7 commentaires - Les pilotes de Hop! poursuivent la grève, une partie des vols perturbés
  • perepenard -

    Qu'ils fassent bien grève, le personnel de la SNCM aimait bien faire grève, et maintenant il n'y à plus de SNCM !

  • FREE01 -

    Plus question de prendre un risque en faisant appel à Air France, surtout en début ou en fin de période de vacances, les grèves sont trop habituelles dans ces moments là. Mais comme dirait la CGT à la SNCF, on fait cela pour améliorer le bien-être et la sécurité de l'usager !
    Maintenant à force de scier la branche sur laquelle ils sont assis, la chute pourra faire mal. Qu'ils examinent en détail la situation d'Alitalia, Air France prend le même chemin c'est à dire une mise en redressement judiciaire prochaine.
    Nos conducteurs d'avion (terme exact et non pas pilote) rechercherons alors sur le marché du travail un autre job et ils verront ce qu'est une promotion sociale !!

  • catchio -

    Et hop on saute sur une autre compagnie où il n'y a pas de grève, pas étonnant que nos compagnies disparaissent ou qu'elles fassent faillite. et bravo encore pour EasyJet, RyanAair et les autres qui se frottent les mains, et vive la Mondialisation!….

  • babelan -

    Bon, alors il va falloir que le SNPL revoie ses méthodes d"action. Quand on sait ce que sont les salaires des pilotes de lignes, même si chez "Hop!" ils sont moins élevés peut - être; il faut qu' ils réalisent:
    1) - qu'ils ont un job
    2) - qu'en principe ils volent à des tarifs préférentiels
    3) - le sacrifice que représente pour certains français le paiement d'un billet d'avion
    4) - que si français délaissent l'avion, il n' y aura plus de compagnies et qu'ils n'auront donc plus d'emploi!
    Alors SNPL et autres, respect des voyageurs d'abord. Une pause méritée pour eux au milieu des soucis et des inquiétudes.

  • amilea -

    si on est pas satisfait de son job on va voir ailleurs

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]