Les régions touristiques françaises s'inquiètent de l'impact du "Brexit"

Les régions touristiques françaises s'inquiètent de l'impact du "Brexit"©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 04 juillet 2016 à 16h42

La région des Pays de La Loire, où les touristes britanniques représentent la plus importante clientèle étrangère, a lancé lundi une campagne pour contrer les effets du "Brexit", qui inquiètent les professionnels du secteur en France. Il s'agit d'une "campagne de séduction et de réassurance" de ces vacanciers, dont le pouvoir d'achat va être affecté par la chute de la livre.

Selon des partisans du maintien du Royaume-Uni dans l'Union, un séjour d'une semaine en France reviendra en effet, pour une famille de quatre personnes, 291 euros plus cher qu'en 2015.

Cadeaux et cartes postales

La France est la deuxième destination des Britanniques derrière l'Espagne, avec 6 millions de visiteurs en 2014. En Pays de la Loire, ils représentent 39% des touristes étrangers. La campagne va consister à diffuser des "clips viraux de promotion du littoral" sur les réseaux sociaux, en français et en anglais, pour cibler "les jeunes et les familles" et susciter des réservations de dernière minute.

Un jeu concours va également être organisé pour faire gagner des traversées trans-Manche en ferry, et 70.000 cartes postales dans la même veine seront distribuées dans des offices du tourisme et des sites touristiques.

Mauvaise conjoncture

Le Royaume-Uni représente ainsi 59% de la clientèle étrangère en Provence-Alpes-Côte d'Azur, soit 7,2 millions de nuitées et une consommation de 800 millions d'euros.

Selon un sondage commandé par le comité régional du tourisme de PACA, "on peut donc s'attendre à une désaffection d'une partie de la clientèle britannique pour cet été 2016" en raison de l'affaiblissement de la livre. Les effets du Brexit sont d'autant plus redoutés par les professionnels du tourisme qu'il survient après une avant-saison "en demi-teinte", marquée par une météo maussade et la pénurie d'essence due aux blocages de raffineries et de dépôts pétroliers contre la loi Travail. Des mauvaises nouvelles, après la chute de fréquentation provoquée par les attentats en 2015, surtout en Ile-de-France.

Des prix plus élevés

Lorsque le Royaume-Uni sera sorti de l'UE, la carte européenne d'assurance santé, les règles communes sur la compensation en cas de retard ou d'annulation des vols ou la directive sur la limitation des "frais d'itinérance" téléphonique à l'étranger risquent de disparaître.

Le prix des billets d'avion risque aussi d'augmenter, les compagnies basées au Royaume-Uni étant obligées de renégocier leurs autorisations de vol avec chacun des pays membres.

 
2 commentaires - Les régions touristiques françaises s'inquiètent de l'impact du "Brexit"
  • avatar
    Grisonne -

    N'importe quoi ! Les anglais qui le peuvent adorent venir en France, et ce n'est pas le brexit qui les en empêchera ! D'ailleurs, je vis en Midi-Pyrénées, tous mes voisins sont anglais, leur famille et leurs amis leur rendent visite,vont se taper la cloche dans les chics restos, achètent des caisses de pinard, des parfums, des souvenirs, je ne vois pas où est le problème !
    Ils feraient mieux de s'inquiéter de la loi EL Khomri et de la loi Peteers, en Belgique, qui vont plonger les masses laborieuses dans la précarité, les appauvrir, leur interdire de faire des projets, allonger leur temps de travail : Là, ils ont VRAIMENT du souci à se faire !
    Je suppose que ces inquiéts sont les hôtels de luxe et autres "tour opérators", alors que ceux qui ont vraiment du souci à se faire, du fait de la loi "travail", sont les propriétaires de campings, de gîtes ruraux et de chambres d'hôtes !
    Mais, même pour les hôtels de luxe, réservés aux pleins aux as, ce n'est pas 200 € de plus qui vont les dissuader de se payer une suite sur la Croisette !
    Ce qui plombe l'activité touristique ( 1er poste de la balance du commerce extérieur de la France), ce sont les atteintes au Code du Travail et la précarisation voulue par les directives européennes dans l'ensemble des pays de l'UE !
    Grisonne

  • avatar
    sonnieye -

    ils n'ont qu'à baisser leurs prix pour la clientèle anglaise : cela s'appele "faire du commerce !".

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]