Les syndicats veulent amplifier le mouvement, Hollande "ira jusqu'au bout"

Les syndicats veulent amplifier le mouvement, Hollande "ira jusqu'au bout"

mouvement 2016 contre la loi travail

A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 27 mai 2016 à 09h28

Au lendemain de la huitième journée de mobilisation contre la loi Travail, l'intersyndicale appelle à amplifier le mouvement. De son côté, François Hollande compte "aller jusqu'au bout". Les Français, pour leur part, demandent le retrait du texte.

"Amplifier la mobilisation"

Dans un communiqué publié jeudi soir, l'intersyndicale (CGT, FSU, FO, SOLIDAIRES, UNEF, UNL, FIDL), appelle à amplifier le mouvement "en multipliant et en soutenant les actions décidées par les salarié-es en assemblées générales, y compris reconductibles" et "en travaillant à des temps forts de convergence de luttes interprofessionnelles par la grève et les manifestations dans les prochains jours, sur tout le territoire et dans les professions". Une nouvelle journée de mobilisation est d'ores et déjà prévue de longue date, le 14 juin prochain.

Dans son communiqué, l'intersyndicale regrette également de ne pas avoir eu de réponse de la part de l'Elysée. Dans un courrier daté du 20 mai, elle demandait à être reçue pour trouver un compromis. "Si le gouvernement souhaite reprendre les discussions, nous en serons", a assuré le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, sur RMC et BFM Télé. Pour le responsable syndical, il y a toutefois une disposition sur laquelle il faut revenir à tout prix : l'inversion de la hiérarchie des normes. L'article 2 est "anti-républicain". "C'est du dumping social et économique", estime Jean-Claude Mailly.

François Hollande veut "aller jusqu'au bout"

Depuis le Japon, François Hollande a pourtant été clair. Pas question de revenir en arrière. "En tant que chef de l'Etat qui a voulu qu'il y ait cette réforme, car j'ai voulu cette réforme (...), je veux que nous puissions aller jusqu'au bout", a déclaré le chef de l'Etat. "Si elle est adoptée, puisque c'est prévu au début du mois de juillet, chacun prendra en compte ce qu'est cette loi et les effets qu'elle peut avoir dès le mois de septembre. Ce qui veut dire que les Français jugeront", a-t-il ajouté. Pour l'heure, ces Français restent majoritaires à demander le retrait du texte (66%), d'après le dernier sondage Tilder/LCI/Opinionway.

 
0 commentaire - Les syndicats veulent amplifier le mouvement, Hollande "ira jusqu'au bout"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]