Loi travail : les syndicats prévoient de nouvelles journées d'action

Loi travail : les syndicats prévoient de nouvelles journées d'action

mouvement 2016 contre la loi travail

A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 20 mai 2016 à 10h20

Au lendemain de la sixième journée de protestation contre la loi travail, les syndicats ont décidé de nouvelles actions afin de maintenir la pression, réfutant un quelconque essoufflement de la mobilisation. La CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, et FIDL appellent donc à deux journées nationales de grève, manifestations et actions, le 26 mai et le 14 juin prochains, lorsque le Sénat entamera les discussions sur le texte. En outre, la CGT cheminots a appelé à une nouvelle grève de 48 heures les 25 et 26 mai prochains. Par ailleurs, "les organisations invitent leurs structures à poursuivre la tenue d'assemblées générales avec les salarié-es pour débattre des modalités d'actions, de la grève et de sa reconduction", ajoutent-elles.

Bataille de chiffres

Selon le ministère de l'Intérieur 129.000 personnes auraient défilé jeudi en France contre 68.000 dénombrés mardi. La CGT assure que la mobilisation a été bien plus importante, avec 400.000 personnes dans les rues, soit le double de mardi dernier. "Des dizaines de milliers d'autres étaient sur les barrages et les piquets de grève. Six raffineries sur huit sont arrêtées ; la grève est reconduite dans des ports comme Nantes-Saint Nazaire ou Rouen", ajoute la CGT, précisant qu'un cheminot sur trois était à l'arrêt jeudi. Sur ce dernier point, la SNCF indique au contraire que seulement 13% des salariés étaient en grève, contre 15% mardi dernier. Enfin, le ministère de l'Intérieur a dénombré 73 barrages routiers, selon un porte-parole interrogé par Reuters.

Pénurie de pétrole ?

Conséquence du blocage des raffineries, plusieurs stations-service de l'Ouest de la France se sont retrouvées à sec. Interrogé ce matin sur 'France Info', le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Alain Vidalies a toutefois assuré que "20% des stations-service autour du Havre et de Rouen sont fermées certes, mais en France, il y a un système organisé qui s'appelle 'les stocks stratégiques' et nous ne les avons pas utilisés pour l'instant". Comme l'a indiqué le Premier ministre, Manuel Valls hier, Alain Vidalies a rappelé que le gouvernement pourrait faire appel aux forces de l'ordre afin de lever les barrages si nécessaire.

 
0 commentaire - Loi travail : les syndicats prévoient de nouvelles journées d'action
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]