Loi Travail : mobilisation soutenue pour la 8ème journée d'action

Loi Travail : mobilisation soutenue pour la 8ème journée d'action©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 26 mai 2016 à 20h41

Sans connaître de raz-de-marée, la 8ème journée de mobilisation contre la loi Travail a connu un succès un peu supérieur à la précédente, le 19 mai, sans retrouver l'élan de celle du 31 mars. Jeudi, le ministère de l'Intérieur a compté au moins 153.000 manifestants dans toute la France (dont 18.000 à Paris), tandis que la CGT a évoqué 300.000 manifestants (dont 100.000 à Paris). Par ailleurs, 77 personnes ont été interpellées à la suite de violences et dégradations causées une nouvelle fois par des casseurs, selon le ministère.

Parallèlement aux défilés organisés dans toute la France, les grèves et perturbations se sont poursuivies jeudi, dans la distribution de carburants, ainsi que sur le réseau SNCF et à l'aéroport d'Orly. Dans le secteur énergétique, 9 des 19 centrales nucléaires ont connu des baisses de production jeudi, selon la CGT, mais la grève n'a  pas entraîné pas de problème d'approvisionnement électrique, a assuré RTE, le gestionnaire du réseau électrique français.

La mobilisation n'a pas retrouvé son pic du 31 mars

Le 19 mai dernier, date de la 7ème journée de protestation organisée par l'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, et FIDL, les autorités avaient compté 129.000 manifestants en France. En revanche, selon la CGT il y aurait eu davantage de manifestants dans les rues le 19 mai, à savoir 400.000 que ce jeudi (300.000).

Le mouvement de contestation contre la loi El  Khomri, qui avait démarré le 9 mars dernier, peine toutefois à retrouver le pic de mobilisation atteint le 31 mars, lorsqu'entre 390.000 (ministère) et 1,2 million (syndicats) personnes étaient descendues dans la rue pour réclamer le retrait du projet de loi El Khomri réformant le Code du Travail.

La prochaine étape du mouvement est d'ores et déjà prévue le 14 juin  prochain, avec un rassemblement unique à Paris, après le début des compétitions de l'Euro 2016 de football, qui démarre le 10 juin pour un mois.

A l'approche de l'Euro, les grèves et les blocages vont aussi se multiplier dans le secteur des transports (RATP, SNCF, sites de carburants, aéroports etc.) à l'appel notamment de la CGT, qui a entamé un bras de fer pour arracher au gouvernement un retrait de la loi Travail.

L'article de 2 de la loi Travail cristallise toutes les tensions

Jeudi, le Premier ministre Manuel Valls a maintenu son refus catégorique de retirer ce texte, mais il a entrouvert la porte à des "modifications" possibles... Sur 'RMC' -'BFM-TV', le Premier ministre a ainsi évoqué de possibles "modifications" ou "améliorations". Il a toutefois réaffirmé qu'il n'était pas question de toucher au très controversé article 2, qui donne la priorité aux accords d'entreprise sur les accords de branche. Il est "hors de question de changer le cadre" du texte, notamment sur l'article 2 qui concerne l'"inversion de la hiérarchie des normes", a indiqué M. Valls. Il a ainsi recadré le ministre des Finances, Michel Sapin, qui avait un peu plus tôt dans la journée estimé que la chaîne 'LCP' qu'il fallait "peut-être" modifier l'article 2 de la loi Travail...

De son côté, Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée, avait lui aussi suggéré dès mardi qu'il fallait peut-être modifier cet article 2, mais il s'est fait rapidement recadrer par Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement (qui au passage à commis un lapsus évocateur, appelant le député "Bruno Relou"...) Bruno Le Roux proposait de faire en sorte que la branche professionnelle puisse donner "un avis a priori" et non a posteriori à un accord d'entreprise afin d'éviter les dérives en matière d'organisation du travail.

François Hollande soutient la ligne ferme de Manuel Valls

Quant au président de la République, qui s'est envolé jeudi vers le Japon pour participer à un sommet du G7, il a apporté depuis le Japon son soutien à Manuel Valls. François Hollande a jugé que "ce qu'a dit le Premier ministre", notamment à propos de l'article 2 du projet de loi, "est ce qu'il fallait dire".

L'intervention de Manuel Valls "à la radio ce matin correspond exactement à ce que nous avions convenu avant notre départ" pour le Japon, a ajouté le chef de l'Etat devant la presse française.

 
0 commentaire - Loi Travail : mobilisation soutenue pour la 8ème journée d'action
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]