Macron veut refonder l'Europe et le couple franco-allemand

Macron veut refonder l'Europe et le couple franco-allemand©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 15 mai 2017 à 21h00

Pour son premier déplacement à l'étranger, Emmanuel Macron a choisi logiquement de rencontrer lundi la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin. Lors d'une conférence de presse commune, les deux dirigeants ont plaidé pour une refondation des relations franco-allemandes. Ils sont convenus de travailler sur des projets communs de court terme et d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro afin d'enrayer le populisme.

"L'un et l'autre nous sommes convaincus que nous avons besoin de résultats de court terme mais également de vraies transformations, d'une vraie refondation de l'Europe", a dit Emmanuel Macron lors de cette conférence de presse commune.

Plus de confiance pour une "refondation historique"

Le nouveau président français a appelé à établir une relation "intense" avec l'Allemagne, ajoutant que "notre relation a besoin d'avoir encore plus de confiance". Il a appelé à une refondation "historique" de l'Europe, en précisant : "je n'ai pas non plus oublié le message d'inquiétude, de colère et d'insatisfaction du peuple français" qui s'est exprimé lors du premier tour de la présidentielle dans les votes pour Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron a en outre insisté sur la nécessité pour la France de mener des réformes économiques et sociales, non parce que l'Allemagne le demande mais parce que la France en a besoin, a-t-il affirmé. "J'ai, en France, à conduire des réformes en profondeur, qui sont nécessaires pour notre pays mais nécessaires aussi pour la pleine restauration de la confiance franco-allemande", a précisé le chef de l'Etat.

Une Europe qui protège mieux

"Je souhaite que nous ayons une Europe qui protège mieux, et que nous ayons parfois moins de naïveté", a aussi déclaré Emmanuel Macron, interrogé sur sa volonté de mettre en place un "Buy european act", qui permettrait de favoriser l'achat de produits européens. Le président français a défendu cette idée, en estimant qu'"aujourd'hui, l'Europe défend moins bien ses entreprises et ses travailleurs que les Etats-Unis, mais je crois au libre-échange. On a le droit de le croire sans être naïf. Sur les politiques d'achat public, je souhaite que nous imposions la réciprocité. Je pense que c'est du pragmatisme".

Angela Merkel s'est montrée plutôt ouverte sur cette question, même si elle a évoqué des "différences dans nos points de vue". En ce qui concerne nos relations commerciales et l'élément de réciprocité, "je considère que cela est tout à fait envisageable", a cependant ajouté la chancelière allemande.

Réviser la directive sur les travailleurs détachés

"Je crois que ce qu'a dit le président est important. Nous devons avoir un cadre juridique harmonisé. Nous avons des points communs, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire. Mais nous avons très bien démarré", a-t-elle assuré.

Parmi les sujets à régler à court terme, Mme Merkel et M. Macron ont notamment cité la révision de la directive sur les travailleurs détachés, un sujet qui a beaucoup agité les esprits pendant la campagne présidentielle française. Les deux dirigeants ont évoqué plusieurs autres chantiers de coopération, à commencer par la Défense, mais aussi le numérique, la fiscalité, la politique internationale et l'éducation.

Une modification des traités européens n'est plus taboue

"Nous voulons une Europe plus forte, et nous voulons lutter contre la bureaucratie", a assuré Angela Merkel, qui a en outre souhaité que le résultat des élections législatives des 11 et 18 juin en France permettent à Emmanuel Macron de mettre en oeuvre son programme.

Les deux dirigeants européens ont évoqué lors que leur entretien la possibilité de modifier les traités européens. "S'il faut les modifier, je serais tout à fait prête à le faire. Mais nous devons dire pourquoi nous devons les modifier", a indiqué Angela Merkel. "Il n'y aura pas de tabou", a estimé de son côté Emmanuel Macron, n'excluant pas un changement des traités "si cela est nécessaire".

Un conseil des ministres franco-allemand en juillet

Signe de la volonté de renforcer les relations franco-allemandes, Mme Merkel a annoncé qu'un conseil des ministres franco-allemand se tiendrait en juillet, après l'élection législative française. A cette occasion, "nous voulons élaborer une feuille de route pour la construction de l'Union européenne. Nous allons devoir nous occuper du Brexit et la manière d'améliorer la zone euro et pour lui donner une nouvelle impulsion".

Interrogé sur ses projets de réformes financières de la zone euro, Emmanuel Macron a dit qu'il ne souhaitait pas la création d'Euro-obligations, auxquelles Berlin est catégoriquement opposé. Il a précisé qu'il était opposé à la mutualisation des dettes publiques passées.

Il a en revanche répété qu'il souhaitait que la zone euro se dote d'une capacité budgétaire pour investir. "Ça suppose d'articuler cela avec des règles de convergences, avec des vraies réformes structurelle parce que l'un ne va pas sans l'autre et c'est l'objectif de la feuille de route commune."

 
0 commentaire - Macron veut refonder l'Europe et le couple franco-allemand
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]