Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'opposent sur le site de Whirlpool

Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'opposent sur le site de Whirlpool©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 26 avril 2017 à 16h09

Le conflit social chez Whirlpool à Amiens fait l'objet cet après-midi d'une guerre médiatique entre les deux candidats à l'élection présidentielle. Alors qu'à la mi-journée, Emmanuel Macron était en train de rencontrer l'intersyndicale de l'établissement Whirlpool, dont l'existence est menacée, dans la chambre de commerce et d'industrie d'Amiens, son adversaire, Marine Le Pen, est venue faire une visite surprise afin de venir à la rencontre des salariés.

Le candidat du mouvement 'En Marche' a alors décidé de se confronter à eux, dans un deuxième temps, pour expliquer sa démarche. "C'est dans cet ordre qu'il faut gérer les choses", a-t-il déclaré.

"Mépris à l'égard des salariés", estime Marine Le Pen

"Emmanuel Macron qui est venu ici alors qu'il n'entendait pas venir sur ce piquet de grève (...) mais comptait se mettre à l'abri dans une quelconque salle de la chambre de commerce pour rencontrer deux, trois personnes triées sur le volet (...) j'ai trouvé que c'était une preuve (...) de mépris à l'égard des salariés de Whirlpool", a fustigé la candidate du Front National, au micro de BFMTV.

"Pourquoi Marine Le Pen est venue, parce que j'étais là", a rétorqué Emmanuel Macron. "J'étais ici, à côté, car l'accès de l'entreprise a été refusé par la direction (...) Cette réunion (...) qui comporte des éléments confidentiels, nécessitait un huis-clos", a-t-il ajouté sur la même antenne. La réunion de travail a duré près d'une heure 15.

Une venue trop tardive ?

Alors que Marine Le Pen promet que l'usine "ne fermera pas", Emmanuel Macron estime que la première solution est de trouver un repreneur. "Je serai là pour protéger un plan social à la hauteur de vos intérêts (...) ce n'est pas normal qu'une entreprise ait versé des dividendes et vous fasse cela", a-t-il souligné, insistant sur l'importance de la formation. Les salariés lui reprochent cependant son arrivée tardive sur le site et son absence de prise de position, le sort de l'usine étant connu depuis plusieurs mois.

Le numéro un mondial de l'électroménager a en effet annoncé en janvier la réorganisation de sa production de sèche-linge en Europe, avec un renforcement en Pologne et l'arrêt de la production à Amiens au 1er juin 2018.

Les candidats à la reprise doivent manifester leur intérêt pour le dossier d'ici le 26 mai et déposer une offre ferme au 2 juin. D'après le gouvernement, 15 repreneurs potentiels se seraient manifestés, dont deux sont jugés sérieux.

 
0 commentaire - Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'opposent sur le site de Whirlpool
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]