Nucléaire : Berlin met la pression sur Paris pour fermer Fessenheim !

Nucléaire : Berlin met la pression sur Paris pour fermer Fessenheim !

Fessenheim, salle de contrôle

A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 04 mars 2016 à 19h55

Sujet très sensible en France, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim pourrait aussi devenir un sujet de discorde entre Paris et Berlin. L'Allemagne, qui a fait le choix, après la catastrophe de Fukushima, de fermer ses propres centrales nucléaires, est montée au créneau vendredi pour exiger de François Hollande qu'il tienne ses promesses de campagne de fermer la centrale haut-rhinoise de Fessenheim. Celle-ci se situant proche de la frontière allemande, un accident aurait des répercussions aussi importantes en France qu'en Allemagne, et en Suisse voisine.

Le porte-parole de la ministre allemande de l'Environnement a ainsi estimé que la centrale de Fessenheim devait "être fermée le plus vite possible" parce qu'elle est "trop vieille". "Pour nous, il est très clair que Fessenheim est très vieille, trop vieille pour être encore en activité", a dit le porte-parole de la ministre, Barbara Hendricks.

L'Autorité de sûreté nucléaire réfute tout problème de sûreté nucléaire

"Evidemment, un réacteur aussi âgé a beaucoup de problèmes techniques", a-t-il poursuivi, ajoutant que "pour nous, des réacteurs aussi vieux représentent un risque sécuritaire". Il a par ailleurs évoqué "les inquiétudes des habitants des régions frontalières", alors que des élections régionales sont prévues dans le Bade-Wurtemberg (sud-ouest) le 13 mars prochain.

Côté français, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a immédiatement réagi en répliquant qu'il qu'"il n'y a pas de raison de fermer (cette centrale) du point de vue de la sûreté nucléaire". Sophie Letournel, chef de la division de Strasbourg de l'ASN, a indiqué à l'agence 'AFP' que "pour nous à l'ASN, aujourd'hui, du point de vue de la sûreté nucléaire, il n'y a pas de raison de fermer la centrale de Fessenheim". "Fessenheim est tout à fait dans la moyenne de l'appréciation que l'ASN porte sur les centrales nucléaires françaises - c'est-à-dire que c'est globalement satisfaisant", a-t-elle poursuivi.

"Après, il y a des décisions de politique énergétique qui relèvent du gouvernement et qui peuvent conduire à des choix différents", a-t-elle ajouté.

La fermeture de Fessenheim reportée de 2016 à 2018

Rappelons que lors de sa campagne présidentielle de 2012, François Hollande s'était engagé à fermer la centrale de Fessenheim, la plus vieille centrale française, inaugurée en 1977 et dotée de deux réacteurs nucléaires. Initialement prévue en 2016, cette fermeture a ensuite été reportée à 2017. Puis, à l'automne 2015, le gouvernement a laissé entendre qu'elle n'aurait pas lieu avant... 2018. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a ainsi confirmé en septembre dernier que Fessenheim ne sera pas fermée avant la mise en oeuvre par EDF de son réacteur EPR de Flamanville, dans la Manche. Or, ce chantier normand ayant pris du retard, l'horizon 2018 apparaît désormais comme le plus probable pour fermer Fessenheim.

Le 21 octobre dernier, on apprenait qu'EDF a demandé un nouveau délai, jusqu'en 2020, pour démarrer l'EPR de Flamanville. Ségolène Royal a alors réclamé en échange à l'électricien un calendrier précis pour fermer la centrale de Fessenheim, sans doute en 2018...

 
1 commentaire - Nucléaire : Berlin met la pression sur Paris pour fermer Fessenheim !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]