Nucléaire: les syndicats inquiets après les annonces de Nicolas Hulot

Nucléaire: les syndicats inquiets après les annonces de Nicolas Hulot

centrale nucléaire réacteur Belgique

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 11 juillet 2017 à 15h20

Les annonces de Nicolas Hulot sur le nucléaire inquiètent les syndicats. Le ministre de la Transition écologique a indiqué lundi que la France pourrait fermer jusqu'à 17 réacteurs pour tenir son objectif de réduire à 50% la part de cette énergie dans la production d'électricité d'ici 2025. Or, dans le même temps, il souhaite mettre fin aux véhicules diesel et essence à l'horizon 2040, ce qui suppose de développer l'électrique.

Irresponsable

FO Énergie et Mines juge ces propos "irresponsables", rappelant que le nucléaire, permet d'avoir un prix de l'électricité ultra-compétitif, de limiter le déficit commercial du pays et qu'il s'agit de la troisième filière industrielle de France, avec 220.000 salariés. Le syndicat demande donc au gouvernement de clarifier rapidement ces propos.

Bataille des chiffres sur l'emploi

Pro-nucléaire et anti-nucléaire s'affrontent régulièrement sur la question de l'emploi et la viabilité économique d'un modèle 100% vert. Une étude de l'Ademe dévoilée en juin 2016 montrait que, selon les scénarios retenus, la transition vers un système énergétique décarboné, en 2050, par rapport au scénario tendanciel, engendrerait la création de 830.000 à 900.000 emplois.

En 2014, le Comité stratégique de la filière nucléaire (CSFN) et PwC avançaient de leur côté que la filière nucléaire emploie directement et indirectement 220.000 salariés en France et soutient au total 410.000 personnes (emplois induits inclus).

 
0 commentaire - Nucléaire: les syndicats inquiets après les annonces de Nicolas Hulot
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]